Mars Matrix

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 2000
Genre : Shoot hardcore
Développeur : Capcom / Takumi
Système : CPS2
Testeur : Simou
Testé le 26/10/2003

Le cps2 commencait à s’essouffler, mais Capcom ne l’avais pas encore laissé tomber pour autant. Voila donc un nouveau shoot pour nous. Après Gigawing, voilà Mars Matrix.


Pour une fois pour un test shoot, je vais vous mettre l‘histoire complète (il suffisait de regarder l’intro pour la connaître, du coup j’ai ne pas besoin de faire de recherche ^^) :

Nous somme en l’an 2250, la planète Mars est devenu habitable et est colonisée (si si, théoriquement c’est possible après une terra-formation :p ). Mais la planète est plongé dans une longue guerre civile pour une histoire de territoire. En même temps, un étrange artefact est trouvé dans l’Arctique martien que l’on appellera ensuite « l’Infini ». Après d’intenses recherches menées dessus, l’Infini contiendrait des informations sur une technologie ultra-avancé. 50 ans plus tard, la technologie de l’Infini est utilisé pour construire les « Mosquito », des vaisseaux qui devront mettre fin à la guerre civile et libérer la planète.

Mars Matrix n’est pas commun puisque toute l’action repose sur l’utilisation d’un seul bouton. Suivant l’action sur le bouton, vous avez jusqu’à 4 actions possibles : pression répétée, pression maintenue ou repos puis pression. Et la maniabilité n’en souffre absolument pas. En maintenant le bouton, vous activerez votre bouclier qui repoussera les tirs ennemis, un peu comme dans Gigawing, et en concentrant ce bouclier à fond, vous activerez l’équivalent d’une super-bombe. Mais à chaque fois que vous utiliserez ce bouclier, vous devrez patienter que la petite barre en bas se recharge avant de le ré-utiliser, donc prudence.
Autre point intéressant, vos vaisseaux sont bien entendu capable d’évoluer en puissance, mais ce ne sera pas en recueillant des power-ups, mais en accumulant des points d’expériences. Et c’est en récupérant les bonus tout au long du jeu que vous gagnerez de l’expérience. Et si vous perdez une vie, votre puissance de feu restera inchangé, fini donc le tracas du : « Mince, j’ai perdu une vie, et ce con de bonus est allé se planquer derrière le boss ! ».

C’est beau, c’est neuf ?

Les graphismes sont assez jolis, avec un effet 3D à l’instar de Blazing Star. L’animation est rapide et je n’ai pas remarqué de ralentissement.

Néanmoins, je trouve que les graphismes ne sont pas aussi beaux que ceux de Blazing Star (qui à pourtant 2 ans de moins), de plus l‘animation des vaisseaux et des boss n’est pas aussi travaillée que dans … Blazing Star (ben quoi ? J’ai pas d’autre exemple en tête ^^)
Je vais m’attarder un peu sur les boss. C’est vrai qu’ils sont gros, mais ils ne sont pas aussi bien animé que dans Blazing Star (encore lui). Exemple, le premier boss : on dirait un simple sprite 2D (avec un effet de 3D, rassurez-vous) à qui on donne des effets de translations alors que dans Blazing Star, les boss bougeaient de la tête aux pattes et jusqu’au plus petit vérin. Bref je trouve les boss hyper-rigides

Nan ! Lavé au Karcher !

Alors bon, les graphismes sont biens, c’est vrai (pas autant que dans Blazing Star à mon humble goût) ….mais les musiques : IGNOBLES !. Les musiques sont absolument abominables, il faut vraiment aimer la musique électro pour aimer (et encore). J’ai beau faire un effort, je ne vois aucune musique qui pourrait sauver la face. Pour certains stages, je devais même coller l’oreille à l’enceinte pour entendre cette dite musique.
Que puis-je dire quand je repense aux belles mélodies de ….. Blazing Star? (flûte, encore lui ^^)
Bref, n’insistons pas et passons à la suite.

Le reste

Question difficulté, la barre est placée très haute. C’est que les tirs remplissent souvent l’écran, quand ce n’est pas les bonus qui remplissent les 3/4 de l’écran.
Le premier niveaux est finissable (note : ce mot n’existe pas 😉 en une seule vie, et le deuxième en un crédit en s’appliquant bien (mais bien), mais ça devient le grand n’importe quoi pour les mondes suivants. Eviter les tirs devient un vrai tour de magie tant ceux-ci remplissent l’écran. Les tirs sont trop nombreux et un joueur moyen perd quasiment toutes les 10 secondes s’il n’a pas le réflexe d’utiliser son bouclier.
Ca va plaire à ceux qui sont habitués à recevoir une salve de 900 missiles à têtes chercheuses dans la gueule et qui arrivent quand même à s’en sortir. Mais ceux qui le sont moins risquent de vite s’énerver.

CONCLUSION

Un shoot très honnête qui à son lot de bonnes idées, avec une difficulté qui va réjouir les plus sado d’entre vous. Mais question musique, c’est une catastrophe, il ne tiens absolument pas la comparaison avec ….. DoDonpachi (chouette, j’ai trouvé un autre exemple :p). Mais c’est le genre de détail qui importe peu quand on est plongé dans la cacophonie d’une salle d’arcade 😉



Testeur: Simou
Mise en page: WoVou