Tekken 5

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 2005
Genre : Baston
Développeur : Namco
Système : System 256, Playstation 2
Testé sur Playstation 2
Testeur : dark_eagl
Testé le 27 juillet 2005

Lassé de jouer au même jeu de combat 2D depuis plusieurs années, c’est dans cet esprit que je m’en vais chercher un peu de fraîcheur en me tournant vers les jeux de combat 3D qui subissent un gros boom depuis l’arrivé de virtua fighter 4… L’engouement suscité par ce genre de jeu se fait de plus en plus grand, Tekken5 fait un carton dans les salles d’arcades, il réconcilie les pro-gamers, et autre hardcore gamers. Je me laisse finalement influencer par cet engouement pour aller me procurer mon premier tekken…

Après un court temps de chargement durant lequel vous pourrez vous essayer à la version Arcade de Starblade, comme ses prédécesseurs le jeu commence par une superbe et longue intro en image de synthèse. Elle y présente le combat des Mishima contre l’armée des Jack après leur défaite contre le jeune Jin Kazama, s’en suit une présentation rapide de tous les personnages du jeu.

L’histoire fait donc suite aux derniers événements de Tekken 4, Jin Kazama combat son père et son grand-père au temple de Honmaru et s’envole après s’être transformé en Devil Jin (d’où les plumes noires dans l’introduction)… A leur réveil, les Mishima se font attaquer par une armée de Jack, Kazuya s’enfuit, mais Heihachi prit au piège par son propre fils, est déclaré mort après l’énorme explosion provoquée par les Jack. Cependant quelque temps après, un  » King of Iron Fist Tournament Five  » est annoncé. Heihachi qui n’est plus à la tête de la Mishima Zaibatsu n’a pas pu l’organiser, qui est derrière ce tournoi, quel est donc ce mal qui s’est réveillé après l’explosion au Honmaru ? Voilà en quelques mots l’intrigue principale de ce dernier tekken.

Les différents modes

Par rapport à la version Arcade, la version console propose moult mode de jeu :

Le mode story
Chaque personnage a sa propre histoire, et ses propres raisons de participer au tournoi. Vous allez donc enchaîner les combats jusqu’au boss final, tout ceci en étant entrecoupé de Cut-scene et se terminant en une séquence en image de synthèse.

Le mode Arcade
De la version arcade originale, le mode arcade ne conserve que le principe des grades et des G gagnés pour pourvoir débloquer costumes et autres objets de customisation. Le ratio de victoires/défaites n’est plus présent, ainsi que les phrases préenregistrées avant le début d’un combat.

Le mode contre-la-montre
Le principe est simple : terminer le jeu le plus rapidement possible.

Le mode duel
Il s’agit du versus classique, les joueurs pourront utiliser leurs personnages customisés (une carte mémoire par joueur).

Le mode équipe
Encore un classique, choisissez le nombre de combattants qui composera votre équipe avant de combattre. Il peut également se jouer à deux.

Le mode survie
Il suffit de battre le plus d’adversaires possible avec une seule jauge de vie.

Le mode training
C’est CE mode qui va vous permettre de maîtriser votre personnage. Il y a plusieurs modes d’entraînements, le mode standard qui vous permettra de vous améliorer avec votre persos en apprenant ses coups et combos. Vous pouvez aussi jouer contre la console en mode training. Puis enfin le mode défensif, qui va vous permettre d’apprendre à parer les attaques adverses. Un mode Training relativement complet.

Tekken : Devil Within
Le beat them all du jeu, vous incarnez Jin. Le jeu n’est pas très réussi, le level design est inintéressant, le jeu est vite ennuyeux, mais en plus assez long. La gestion de la caméra et le système de Locke se révèlent chaotiques ! Un passage obligatoire si vous voulez gagner beaucoup de G. Mais n’oublions pas qu’il ne s’agit que d’un bonus.

Arcade historique
Un bonus très sympa qui va vous permettre de rejouer aux trois premiers volets de la série dans leur version arcade. De plus, vous pourrez rentrer dans le bios en maintenant la touche select pour pouvoir modifier les options de jeu (nombre et temps de round, niveau de difficulté, etc..). A noter que la version arcade de Starblade est également déblocable (mais se révèle assez peu jouable à cause du stick analogique trop sensible).

Cinémathèque
Vous pourrez écouter toutes les musiques du jeu, mais également voir toutes les cinématiques, ainsi que quelques vidéos bonus comme la présentation du jeu dans divers salon.

Personnalisation
C’est ici que vous pourrez customiser vos personnages. Empruntant l’idée directement à Virtua Fighter 4, ici ce système est à des années lumières de son modèle. Même si ce mode reste sympa, il est très limité (finalement assez peu d’objets), et les objets et costumes sont assez chers. A noter que des costumes bonus font leur apparitions dans la version console, des costumes designés par des mangakas et autre artistes japonais.

Mais le cœur de Tekken n’est pas dans ces multiples modes de jeu, mais dans une chose, une seule :

Le Gameplay

Les mouvements de base
Tekken, comme tout le monde le sait, se joue à quatre boutons (on notera une erreur de traduction dans le jeu qui inverse les pieds droit et gauche), les choppes de bases s’effectuent à 2 boutons (pied et poing gauches, ou droits simultanément) lorsque vous vous trouver en face, derrière ou à côté de votre adversaire. Il est possible d’effectuer un petit saut en appuyant sur haut (on est bien loin des sauts ridiculement haut des 1er Tekken), et un pas de côtés en appuyant deux fois sur haut ou bas (ensuite maintenez la direction si vous voulez continuer à tourner). Chaque perso est également capable de faire un Low Parry, appuyez sur diagonale avant bas au moment de l’impact pour parer les coups  » Low « , entraînez vous en mode training défensif en demandant au cpu de faire des coups low. Chaque perso est pourvue d’un dash avant et arrière, ainsi que d’une course. Certains persos ont des contre-attaques et autre parry à effectuer au moment de l’impact. Les différents coups peuvent être Low, Middle ou High, leurs portées n’est donc pas la même, et c’est ici que la 3D prendra toute son ampleur. Voilà pour les mouvements de bases

chaque perso possède au moins une attaque imparable, elles sont en générales assez longues à charger et difficiles à placer, mais leurs dégâts sont considérables. il est également possible de concentrer son énergie en appuyant sur les 4boutons d’actions, cela influe sur certains coups en augmentant leur dommage et en changeant leur priorité.

La suite après le Juggle
Contrairement à ce que l’on peut lire dans la presse spécialisée, le jeu est loin d’être facile à prendre en main. Evidemment il est donné à tout le mode d’enchaîner 2/3 coups par ci par là, mais pour utiliser toutes les possibilités qu’offre ce Tekken5, il faut vraiment le creuser à fond.
Ainsi, l’une des bases du gameplay de ce jeu se trouve être les  » Juggles « , ces combos que l’on effectue lorsque l’adversaire se trouve en l’air. Et là il n’y a pas de recettes miracles : le mode training. A vous de chercher les coups  » starter « , qui feront décoller l’adversaire du sol, et ensuite à vous de trouver des combinaisons efficaces pour pouvoir jongler avec votre adversaire. En mode Arcade, l’ordinateur est friand de ce genre de combos, inspirez-vous en.

Le théorème du paillasson
Autre principe de Tekken, la relevée. Il est assez difficile de se relever sans se faire punir. Vous avez différentes manières de vous lever, roulade arrière, sur le côté ou devant, se relever en donnant un coup ect… à vous de décider comment vous aller vous relever, à vous d’anticiper la réaction de l’adversaire. Ca peut paraître assez frustrant au début, mais cela fait partie intégrante du gameplay de ce nouveau Tekken.

The Wall
L’autre particularité de ce Tekken, ce sont les murs ! Quasiment tous les décors sont délimités. Veillez à ne pas vous faire coincer contre un coin. Si vous vous y coincez, vous pourrez effectuer un Wall Jump, lorsque vous vous trouvez contre le mur et avec l’adversaire proche de vous, faites arrière puis diagonale arrière, votre perso prendra appuie sur le mur pour contre-attaquer ou bien se dégager du coin. Un coup puissant peut envoyer votre adversaire contre le mur, et à ce moment il se trouve être complètement vulnérable. Chercher les meilleurs combos possibles à placer pour effectuer un wall combos ! De plus, certains juggles permettent de faire parcourir à l’adversaire une bonne partie de l’écran, pour arriver contre le mur, et là je vous laisse imaginer le carnage. Ce système donne lieu à des combos complètement monstrueux, et complètement jouissifs à placer. L’adversaire se retrouvera à terre, et encore, selon votre réaction, peut se trouver à votre merci…

Tout ceci donne lieu à un gameplay résolument offensif et tonique, ce qui donne des combats absolument dynamiques !

Les Graphismes

Le jeu original tourne sur un hardware plus puissant que la Playstation 2. Pourtant les développeurs de namco ont fait des merveilles.
Bonne nouvelle pour les amoureux du 60hz, puisque cette option est disponible, vous aurez même le choix entre un affichage  » doux  » ou un affichage  » net « .
Le jeu est absolument sublime, et fait réellement honneur à la machine de Sony.
Le jeu est un poil moins fin et scintille légèrement. Mais certains décors ne sont pas de très bons goûts, de plus l’effet d’impact sur le sol, bien que réussi, et un peu exagéré. Quelque soit la force de l’impact, le sol éclatera toujours en morceaux, ce qui décrédibilise un peu le rendu (les personnages semblent peser 500kg !). Quoiqu’il en soit les décors fourmillent de détails. Le rendu des textures est très impressionnant, les vêtements sont superbement rendus avec des plis très réalistes ! La musculature des combattants et à tomber tellement elle est détaillée. Les vêtements flottent dans l’air, les poitrines et les fesses des personnages féminins bougent de manière réaliste (en gros, les combattantes de tekken n’ont pas oubliés de mettre leur soutien-gorge contrairement à celle de DOA), détail que j’ai remarqué dans le menu personnalisation lorsque l’on fait tourner légèrement le perso (bon oui, je suis un gros pervers, et alors ?!). Graphiquement, c’est une véritable réussite.

Le son

Au niveau sonore, rien de bien transcendant, mais les musiques accompagnent bien les combats. Petite surprise agréable, chaque personnage parle dans la langue de sa nationalité, coréen, anglais, japonais et chinois sont de la partie…

Le Roster

Les combattants justement, sont au nombre de 30 (33 si on compte Jinpachi, Panda et Eddy comme des persos). Avec l’arrivée de trois nouveaux, Feng Wei qui maîtrise le Kempö chinois, Raven un ninja qui n’est pas sans rappeler Blade, et Asuka Kazama qui se retrouve avec la panoplie de coups de Jun pour notre plus grand plaisir. Ces trois nouveaux persos s’intègrent parfaitement à la série. Chacun des 30 persos sont suffisamment différents, et dispose d’une palette de coups relativement complète. On notera encore la présence de persos complètement loufoques (Roger Jr, Panda/kuma, pour ne citer qu’eux). Par rapports aux précédents volets, chaque perso a subit un léger liftigue (nouveau costume, nouvelle coupe de cheveux, etc.). Leurs animations sont très réussies, et on reconnaît sans difficultés les différents styles d’art martiaux.

Conclusion

Au final, ce dernier Tekken se révèle être très bon. Avec un gameplay costaud, des graphismes sublimes et des éléments empruntés à son concurrent VF4. En revoyant les bons et mauvais côtés des précédents tekken, les développeurs ont choisi la bonne recette. Un jeu qui a su concilier prise en main rapide et gameplay profond.


Testeur: dark_eagl’
Mise en page: WoVou