Garou : Mark of the Wolves – Test 2

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 1999
Genre : Beat Them Up (versus battle)
Développeur : SNK Japan
Système : Neogeo AES, MVS
Sortie n° : 253

GAROU: MARK OF THE WOLWES

Garou, vous connaissez ? Non ? Et si je vous disais Fatal Fury ? Hin hin, j’en vois trois dans le fond qui bavent (à coté du radiateur)… oui oui, SNK a décidé de nous remettre ça pour la huitième fois ! Alors, quoi de neuf ? Encore un de ces épisodes « shpéshiol » qui ne rajoutent que deux ou trois personnages ?! Et bien c’est NON ! Garou mark of the wolwes et un vrai nouvel épisode, dont la liste des nouveautés est longue… très longue… c’est aussi malheureusement le dernier Fatal Fury développé par le grand SNK, qui a fermé depuis… rha rha rha rha, allez assez bavassé !

Une histoire toujours aussi passionnante … :]

L’histoire se situe dix ans après Fatal Fury 3. Geese, vaincu par Terry lui laisse son fils qu’il va se charger d’élever pendant ces années, et bien entendu de l’entraîner. Comment s’appelle t-il ? Rock. C’est pas un nom de tapette ça ! Grosse surprise, la joyeuse compagnie de Fatal Fury a disparu. Joe, Andy, Geese – normal il est mort – et les autres ne seront pas de la partie … à part Terry bien sur ! Un Fatal Fury sans Terry n’est pas un Fatal Fury (il a d’ailleurs changé de costume pour l’occasion, qui lui va très bien) ! Au nombre de 14, ces petits nouveaux vous montrerons de quel façon la relève a été faite ! Pour les connaisseurs, vous ne tarderez pas a vous rendre compte qu’il existe de nombreux points communs entre les anciens et nouveaux, comme le même style de combat, ou bien une ressemblance quelconques … Une « vraie » histoire est présente dans le jeu, vous y verrez quelques dialogues, mais rien de bien génial … petite déception pour le peu de personnage quand même :\

Bah comme d’hab quoi, parfait 😀

Vous vous doutez bien que la partie la plus importante de tout jeux d’arcade et d’SNK est le gameplay. Et vous ne risquerez pas d’être déçus. Je ne cacherai pas que la maniabilité est peaufinée comme pas souvent … bref, du pur SNK quoi ! On remarque une petite disparition du second plan, où le joueur pouvait esquiver les coups en appuyant sur le D pour se retrouver derrière lui et contre attaquer. Il faut dire que ce n’était pas vraiment utile, et rendait les combats un peu brouillon. L’innovation principale est le system T.O.P. Attack. A chaque début de combat, vous aurez le choix de le placer sur votre barre de vie en début, au milieu ou a la fin, et dès que votre barre arrive au même niveau, vous pourrez alors utiliser autant de fois que vous voulez cette fameuse attaque avec C+D (pour plus d’info regardez la FAQ faite par Offreenday). Les grosses furies aussi sont aussi très faciles à enclencher, souvent un double arc de cercle suivi d’un bouton. Le seul regret qu’on pourrait avoir serait au niveau des combattants, au nombre de 14, ce qui est très peu sachant que l’épisode précédent en avait 22. Mais chaque combattants sont vraiment originaux, c’est déjà ça ! Un sans faute pour la maniabilité 🙂

Oh oui, c’est beau, oh que oui …

Vous avez sûrement déjà maté quelques extraits de ce jeu exceptionnel, et vous seriez tous d’accord pour dire que Garou est magnifique !!! Et ce n’est pas pour rien qu’il utilise le moteur de Last Blade 2 =). On commence déjà avec deux intro pour le prix d’une (comme dans Real Bout 2) ! Deux petites cinématiques qui font plaisir à voir, où on y présente TOUT les personnages, ce qui est rare. Ces perso sont animés de la tête au pied, c’est trop beau pour être vrai … et les décors ne sont pas oubliés ! Un pour chaque personnage, comme un ring de catch pour Tizoc, une ruelle pour Rock … ils sont très bien pensés et collent avec leur style des fighters. Graphiquement démentiel pour une console de plus de 10 ans, c’est aussi esthétiquement que Fatal Fury 4 se démarque des autres créations. Tout ces coups spéciaux et autres furies de la mort sont belles, avec des couleurs qui vous caresse l’iris des pupilles dans le bon sens. On pourrait croire qu’il concurrence Waku Waku 7 dans un certain sens ;-). Garou est vraiment beau dans tout les sens du terme. Regardez les quelques captures d’écran (dans la partie Galerie) et avouez qu’ils donnent envie de jouer (et de pleurer) !

Rhaaaaa !!!

Les musiques sont toujours aussi bien. Avec son style Jazzy, elles donnent une nouvelle ambiance pour ce genre de jeux. La qualité est aussi présente, avec du bon son. La seule exception serait celle du choix des personnages, qui est carrément affreuse, avec ses bruits qui nous font retourner plusieurs années en arrière … les « dialogues » de prés combat chers a SNK sont toujours aussi marrant à regarder avec ces gens qui s’insultent 🙂

Oui oui, avouez que ça donne envie ! Garou n’innove pas vraiment, mais une telle qualité à tout niveau est si rare qu’il faut le souligner. Pour la durée de vie, comme tout jeux de combat quel qu’il soit (à part peut être Virtua Fighter; et encore), Garou montre réellement son potentiel lorsque vous êtes deux a jouer, et risque de vous ennuyer au bout d’un moment si vous jouez tout seul. Mais bon, c’est de l’arcade, donc un jeu qui se joue entre potes ! Que ce soit à la tête dans les nuages ou sur Kaillera (en émulant le jeu), vous trouverez toujours une personne ou un sac qui veuille bien de vous 😉

Au final, Garou se place directement et sans aucun problème comme LE jeu de baston à un contre un (et oui, y’a KOF aussi ! ) de la Neo-geo ! De part ses graphismes et sa maniabilité, Garou est une bombe, un hit en puissance, le jeu qui traîne pas entre les mains de n’importe qui ! Comme quoi, on n’a pas besoin d’une console super puissante pour faire un bon jeu … play more ! 🙂



Amaunator