The King Of Fighters ’98 : The Slugfest

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 1998
Genre : Baston
Développeur : SNK of America
Système : Neo.Geo MVS, AES, CD
Testeur : Viss
Testé en janvier 2007

Attention chef d’œuvre en vue ! Je parle évidemment du désormais mythique, légendaire que dis-je, merveilleux The King of Fighters ’98 ou tout simplement Kof’98 (à prononcer kahohéf, ou quof comme Jean-Pierre Coffe, pour les intimes). Parce que KOF n’a jamais aussi bien porté son nom qu’en 98 . Quand on pense à Kof, on pense 98. Quand on pense jeux-video, on pense Kof’98 ! OK, j’exagère un peu mais je vais me faire un plaisir de tester ce jeu.

Avant de commencer ce test, il faut se remettre dans le contexte. En 1998, d’énormes hits sortent sur Neo-Geo comme Real Bout 2 ou Last Blade 2. C’est sans doute la plus belle année pour notre console préférée bien que paradoxalement sa production ai été arretée un an auparavant. A coté de ces grosses pointures est sortie LA pointure, le fameux The King of Fighters cru 1998. Avant cet épisode, SNK nous avait prévenu : cet épisode sera un dream match, une sorte de best of de sur-concentré de Kof, tout ça dans un seul épisode qui aurait du être le dernier KOF, l’ultime épisode.
Une fois la cartouche soigneusement insérée dans votre jolie console noir et or, une intro dynamique nous saute aux yeux comme SNK sait si bien les faire. Elle n’a rien d’exceptionnelle et ce n’est pas la meilleur des démos, mais elle est néanmoins très sympathique. A force de nous pondre des hits on devient exigeant chez SNK.
Du coté des menus rien de bien transcendant non plus, on a droit aux classiques mode arcade, versus, survivor et practice. Mais alors c’est quoi cette arnaque on m’avait promis le meilleur jeu du monde !? Ola petit, le meilleur reste à venir. Prend ton stick, tu vas kiffer, je te le dis moi. Mais c’est en rentrant dans le menu de selection des persos qu’on prends une claque. Woaa, autant de persos, ça change de Street Fighter 2.

Gameplay

Lors de la sélection des persos on nous propose le choix en le mode extra ainsi que le mode advanced déjà connu dans Kof’97. Mais qu’est ce que ces 2 modes ?

Extra Mode

La barre de power : pour la remplir il faut se concentrer (A+B+C) à la Dragon Ball Z pour ensuite balancer une furie. Cependant, une fois la barre remplie, vous avez un certain temps limite afin de l’utiliser avant qu’elle ne descende à zéro et donc il faudra à se moment la remplir à nouveau pour l’utiliser. Il faut noter que lorsque votre perso d’approche de la ligne rouge, c’est à dire lorsqu’il va presque crever, votre barre de vie clignote et vous pourrez sortir des furies à gogo. Si vous combinez barre de vie qui clignote et barre de power au max, vous pourrez sortir votre furie max.

Le dash : en faisant avant avant ou arrière arrière, vous pourrez « dasher » ou plutôt faire un petit deplacement rapide afin d’esquiver, ou alors vous rapprocher plus rapidement de votre adversaire.

L’esquive : en faisant B+C vous pourrez esquiver n’importe quel coup (sauf les choppes) et enchaîner avec une petite attaque en pressant n’importe quelle touche juste après l’esquive.

Autant dire que j’ai carrément un faible pour ce mode malheureusement disparu dans les Kof suivant. Ok, il ne servait pas à grand chose puisque personne n’utilisais cet extra mode étant donné que l’advanced mode était bien plus puissant, mais quelle classe lorsque les persos se concentraient !

Advanced Mode

La barre de power : c’est du classique, vous tapez, vous tapez et votre barre de power se remplit. Vous pouvez ainsi stocker jusqu’à 3 barres de power, à vous de voir selon votre stratégie. Dans ce mode, une fois une barre en stock vous pourrez entrer en max mode en pressant A+B+C. Si en max mode vous faites une furie, alors vous sortirez votre « furie max ».

Le run : pas de dash dans ce mode mais un run bien plus efficace à mon goût avec la même manip que le dash pour le faire (voir ci-dessus).

La roulade : pas d’esquive dans ce mode (bah oui faut bien que les 2 mode soient differents voyons) mais une roulade avec exactement la même manip que l’esquive en pressant B+C. Ici aussi je trouve ça carrément plus efficace que l’esquive, à vous de tester.

Ce mode sera le seul possible dans les Kof suivant vu que pour la majorité des joueurs, (dont moi) seul l’advanded mode est utilisé.

En ce qui concerne le gameplay en général c’est super précis, moins rigide que Kof’97 tout en gardant les mêmes bases. On a donc le droit aux 3 sauts différents (court, moyen, long) qui rend les combats plus dynamiques. Pour le reste c’est du 3 vs 3 avec un gameplay baston 2D, des coups normaux (2 poings, 2 pieds), des coups spéciaux, et des furies. Du grand classique quoi, mais du classique bien fait.

Graphismes

Personnellement je ne trouve pas que KOF98 soit le plus beau des KOF, mais c’est de loin le plus harmonieux. Les persos se fondent parfaitement avec les décors, à contrario de KOF2002 par exemple. Les nouveaux venus (comme la team USA) sont parfaitement intégrés. Les sprites n’ont pas beaucoup changés, mais on note néanmoins quelque changement par-ci par-là comme le Haoh-Shokoken de Ryo (identique du 94 au 97) ici totalement refaite et qui est désormais en harmonie avec le reste des graphismes.

Les décors sont dans l’ensemble pas mal sans être magnifiques, mais se laisse agréablement regarder grâce à leurs couleurs chaudes, et encore une fois en parfait adéquation avec les sprites des persos.

Pour les effets spéciaux, pas d’effet 3D pour notre plus grand bonheur et pour celui de notre Neo-Geo qui n’aurait tout simplement pas pu les afficher. Mais au diable les effets 3D, quand je vois la furie de Billy Kane avec ses flammes en 2D ou Kyo avec ses flammes, ou bien Maï qui tourbillonne avec ses…flammes, on se dit que SNK maîtrise trop bien les flammes. Tout ça pour dire que vous aurez le droit à du grand spectacle, sans excès, mais sublimement maîtrisé par maître SNK au sommet de son art (son apogée étant dans Mark Of The Wolves sortit un an plus tard).

Le son

Les musiques étant pour la plupart des reprises, on a donc droit à des thèmes ultra classiques comme Good bye Esaka (la zik de la Japan Team) ou le sublime Arashi No Saxophone (la zik de Iori Yagami). Du lourd en somme pour des parties bien rythmées. Au niveau des digitalisations vocales, la encore du très propre avec de très nombreuses digits par persos qui les rendent tous plus charismatiques les uns que les autres. Ecoutez donc ce rire endiablé de Iori lorsqu’il gagne où encore la digits de Kyo lors de sa furie ou les atatatata de Kim, comment s’en lasser ?

La réalisation

Alors la sans doute LE point fort du jeu. Mais quelle est la différence avec les autres Kof ? Pourquoi parle-t-on de celui la comme étant la référence ?

Tout d’abord la réalisation globale est très bien maîtrisée, aucune fausse note, aucune tache, rien, nada, niet. Tout est propre, tout est beau. De la grille de sélection jusqu’à l’ordre des persos avant le combats, des musiques jusqu’aux graphismes, des persos jusqu’au roster… Des défauts on en cherche toujours.

Au début de chaque combat des provocations sont faites entre les 2 protagonistes qui s’affrontent mais vous aurez le droit à de petite scènes spéciales selon les couples face à face. Mettez donc Ryo VS Robert, Kyo VS Iori, Joe VS King, Shingo VS Kyo… la liste est très longue comme ça et ne retenez surtout pas votre larme lorsque vous verrez à quel point SNK s’est appliqué à mettre en scène chaque début de combat.

La petite cerise sur la gâteau : vous aurez le droit à des persos en mode alternatif. Je m’explique : en pressant start en sélectionnant certain persos, vous prendrez sa version alternative qui reprend en général le même perso mais avec des coups différents. Par exemple, en prenant Kyo avec start, vous le prenez dans sa version Kof’94, donc avec sa palette de coup de Kof’94. De même que Ryo dans sa version Kof’94 qui reprend donc sa boule en l’air. Pour Terry par exemple vous aurez le droit à sa version Real Bout 2 avec sa palette de coups qui va avec. Du grand art, moi je vous dis, d’autant plus que les coups spéciaux des versions alternatives ne sont pas de vulgaires reprises de sprite d’autres coups mais bel et bien de nouveaux coups. A vous donc de découvrir chaque version alternative et ainsi découvrir ses coups qui vont avec.. Mais la super cerise sur le gâteau est que certains de vos persos alternatifs, comme Kyo’94, auront le droit à leur propre musique !

Le jeu parfait ?

Alors trêves d’éloges élogieuses dans l’elogississme elogile, que reprocher à ce Kof’98 ? Il n’est pas sublime mais est tout de même grapiquement très agréable, et le poids des années n’a que peu d’influence.. Au niveau du gameplay, certain penseront que Kof’2002 est supérieur à ce Kof’98, mais quelle importance ! Le petit écart entre le 2002 et le 98 en terme de gameplay existe au profit du 2002, mais c’est compensé par le fossé qui sépare ces deux opus en terme de réalisation générale avec KOF98 bien superieur à ce dernier sur ce point là.

Conclusion

Ai-je bien exprimé tout l’amour que je porte à ce jeu à travers ce test ? Tout le talent d’SNK, tout ce qui fait le charme de la firme ainsi que ce qui a fait sa force est présent dans KOF98. Je manque de superlatif pour décrire ce jeu…Merveilleux, riche à pleurer… Jouez-y c’est tout !


Viss