The King of Fighters ’99 : Millenium Battle

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 1999
Genre : Baston
Développeur : SNK
Système : NeoGeo MVS, AES, NeoGeo CD
Testeur : Simou

Voici venu la suite due cette magnifique saga, j’ai nommé The King Of Fighters ’99. Cet épisode aurait pu ne jamais voir le jour, rappelons que KOF 98 était censé être le dernier KOF de SNK. Mais pourquoi arrêter quelque chose qui marche ? Tant mieux pour SNK et tant mieux pour nous 🙂 . Alors arrêtons de blablater et passons aux choses sérieuses.

Nous allons enfin savoir ce qui s’est passé après la bataille d’Orochi du KOF 97. Après une intro en image fixe (comme toujours), que je trouve un peu léger et court comparé au précédent KOF mais rythmé par une bonne techno, j’arrive devant le logo, les yeux ébahis. Pour ceux qui s’étonneraient en lisant « EPISODE 5 » dans l’intro alors que c’est le 6ème KOF, c’est parce que KOF98 ne fait pas partie de l’histoire, donc scénaritiquement, il n’a pas eu de tournoi de KOF 98.
Un petit rappel : après la bataille d’Orochi, nous perdons la trace de Kyo pendant 2 ans jusqu’à ce qu’une organisation arrange un nouveau tournoi pour récupérer des données de combat pour activer des clones de Kyo. On dit donc au revoir Orochi (snif) et bonjour le Nest Cartel.

Après avoir appuyé sur Start, on arrive à un rapide didacticiel, bien foutu ma foi, puis l’écran de sélection des personnages.

Déjà, la grille à subi un grand nettoyage parce qu’il y a beaucoup de nouveaux et de disparus. Le plus flagrant, on peut sélectionner 4 personnages au lieu de 3, et nous avons 7 équipes complètes de 4 combattants chacun (sans compter les solitaires). Faisons un tour rapide :

* Une nouvelle équipe, l’Heroes Team, composé de 2 nouveaux K’ et Maxima, puis de Benimaru et Shingo.
* La Garou Team voit Mai rejoindre ses rangs
* L’AOF team est composé de la famille kyokugen au complet.
* L’Ikari team accueille Whip, une femme qui manie bien le fouet.
* Bao, un gosse qui manie les boules d’énergie intègre la Psycho team.
* Kasumi fait son retour et XiangFei quitte Real Bout 2 pour rejoindre la Female Team.
* La Korea team accueille le très classe Jhun, très habile de ses pieds.
* En solitaire, Kyo-1 et Kyo-2, des clones qui correspondent respectivement à Kyo 94 et Kyo 97
Enfin, Kyo (le vrai) et Iori font office de « boss » bonus (j’insiste sur les guillemet) et ne sont pas directement sélectionnable.
Ce qui fait 32 persos sélectionnables au total, ce qui est très raisonnable (moins que KOF 98 mais ça fait quand même beaucoup de persos).
Il y’a enfin le boss, Krizalid, un vrai fou furieux (mon boss préféré après Orochi et Goenitz).

ALORS ?

Déjà, la GROSSE innovation de ce KOF 99 : les combats ne se font plus par équipe de 3 mais par équipe de 4.

Le 4ème personnage sera le stricker. Une petite pression sur B+C et votre stricker arrivera pour vous donner un coup de main. L’action du stricker est différente suivant le personnage, il viendra soit donner un coup de main, soit vous aider en défense, soit il rechargera votre vie ou votre barre de power ou carrément virer celle de l‘adversaire. L’aire de combat peut facilement se transformer en foire d’empoigne avec 4 persos à l’écran.
Ensuite, vous ne pouvez plus connaître l’ordre des persos de l’adversaire avant que vous n’ayez choisi le votre. C’est très utile car ça évite de choisir son personnage en fonction de celui de l’adversaire (ceux qui aime pas peuvent toujours éviter ce masquage grâce à un petit truc).
Ensuite la gestion de la jauge de power a changé, c’est un peu un mix de l’Extra et de l’Advanced Mode. Vous chargez votre jauge avec des coups spéciaux, la jauge peut être rempli 3 fois de suite (3 DM) en réserve. Si vous avez une barre rempli et votre vie qui clignote en rouge, vous pourrez réaliser votre SDM, beaucoup plus dangereux que votre DM.
Autre innovation, le Counter Mode et l’Armor Mode :
Si votre jauge est chargé au max, faite une pression sur A+B+C, vous passerez en Counter Mode et vous vous mettrez à briller en rouge. Pendant un temps limité, vous aurez la possibilité de coupez vos coups spéciaux et de les enchaînez avec des DM. Cela ouvre la voie à de nouveaux combos. Si par contre, vous appuyez sur B+C+D, vous passerez en Armor Mode et vous brillerez en jaune, vous encaisserez les coups et vous serez plus résistant en défense. A vous de voir donc, si vous voulez privilégier l’attaque ou la défense.
Les esquives ont été revues également. Après une pression sur A+B, vous pourrez immédiatement porter un coup de poing ou de pied à votre adversaire. Par contre, j’émets un petit bémol pour l’esquive arrière, qui vous fera revenir automatiquement vers votre adversaire, pratique pour éviter un coup et ré-attaquer juste après, mais pas quand on veut uniquement éviter une attaque. Il faudra donc se réadapter à cette technique et utiliser à présent la manip 2x arrière si vous voulez uniquement reculer rapidement (sans passer à travers les coups pour autant).

Le gameplay n’à pas faibli et reste toujours aussi excellent (quoique l’esquive arrière peut gêner certains). Certains persos ont eu droit à quelques modifications comme Robert qui a vraiment changé, il ne possède plus que des coups à charges à présent et a récupéré son costume de 94.

LE VISUEL

Avec l’intervention des strikers, on aurait pu craindre des ralentissement : eh bien non, que nenni. Les (très) rares ralentissements se font à peine remarquer. Même avec 4 persos à l’écran, ça reste fluide et rapide.
Malgré le manque de stages, ceux-ci sont de toute beauté même si elles n’atteignent pas la qualité de ceux du KOF 2002. Chaque stage à son lot de détails. Par exemple, je cite l’aéroport où vous vous battrez sur un magnifique couché de soleil avant de continuer derrière un appareil dont vous pourrez voir le flux d’air chaud qui sort d’un de ses réacteurs. Ou le parc qui finit dans la pluie, ou alors, l’étonnant stage des égouts où chaque pas, chaque mouvement provoquera des éclaboussures bluffantes avant de finir sur un monte-charge.
Sur le plan technique, moi je dis : Du beau boulot, Mr SNK !
Beaucoup de persos ont eu droit à leur lifting, y compris Athena bien sur 🙂 , et le nouveau costume de Kyo lui va très bien.
Je ne peux m’empêcher de parler des artworks, je trouve que les écrans de victoires sont les meilleurs de toute la série (et je pèse mes mots).


Il est pas classe mon Benimaru ?

LE SON

Les bruitages sont de très bonne factures, et ils ont beaucoup de pêches. Ceux de Krizalid sont vraiment excellents d’ailleurs, on sent bien qu’il donne tout ce qu’il a dans les tripes à chaque coup pour bien vous pourrir la vie.
Les musiques sont iréprochables aussi (la référence reste quand même KOF 96) et je ne vous parle même pas de la version CD. Les musiques de KOF m’ont toujours séduit et celui-ci ne déroge pas à la règle. On conserve le saxophone pour Iori, la guitare pour Kyo, et un bon morceau de techno pour la nouvelle équipe.
La musique de Krizalid, elle, est vraiment digne de celle d’un boss, magnifique (de la techno, oui, mais qu’est-ce qu’elle lui va bien).

LE RESTE

Pour les versions de salon, on aura toujours droit au classique Team Mode et Single Mode. Le Single All a remplacé le Survivor Mode, c’est pareil sauf qu’on récupère son énergie après chaque combat.
Les possesseurs de la version CD pourront profiter d’une section Demo Gallery où vous pourrez zieuter les fins que vous aurez débloquées. Vous profiterez également d’une section Art Gallery bien fournie où vous pourrez admirer entre autres, les esquisses des personnages, les oeuvres des designer de KOF, et plein d’autres dessin. D’ailleurs on peut même y admirer les sprites que l’on aurait pu retrouver dans le jeu s’ils avaient été retenus. Allez, rien que pour le plaisir des yeux :

CONCLUSION

Un KOF un peu plus sombre que le précédent par ses couleurs mais toujours aussi jouissif.
Bien que le système de striker n’est pas encore au point et que certains puissent lui reprocher quelques détails du gameplay (comme l’esquive arrière), ce KOF reste un excellent cru malgré ce que disent d’autres. Certes, si ça ne tenait qu’à moi, je vous conseillerais le KOF 98, 2000 ou 2002, mais passer à coté de ce KOF serait bien dommage étant donné qu’il reste malgré tout un très bon jeu de baston (euh, j’ai l’impression de me répéter, là ^_^¡).

LA GALERIE


Simou

Les commentaires sont fermés.