Arcade@Home : Le pad DDR – 1ere partie – les bases

Facebooktwittergoogle_plus

Dance Dance Revolution, c’est bien. C’est joyeux, musical, frais et rythmé. Normal pour un jeu de danse, celà dit. Y jouer sur borne c’est top. Mais quand on ne sait pas y jouer, quelle misère ! Et quelle honte ^^;. Alors on peut l’acheter pour son chez-soi, ca marche pareil mais au moins on a pas honte devant tout le monde. Mais torcher Dynamite Rave niveau Flingueur de Boutons avec ses doigts n’aide pas à dépasser le stade du canard unijambiste avec ses pieds. L’acquisition d’un tapis est donc rapidement indispensable. En Europie, et particulièrement en Francie, deux choix s’offrent pour les plus normalement fortunés : le tapis mou, ou le pad en plastique. Le tapis mou, ca glisse, c’est cheap, c’est pas sensible et les sensations sont aussi éloignées de la vraie borne que le pagne est éloigné du boxer Dim sans coutures. Le pad en plastique, c’est plus cher, ca glisse encore plus, ca fait plein de bruit et ca casse au premier Dynamite Rave venu (pour ceux qui n’auraient pas encore compris, ce morceau est la terreur des dancefloors ^^;). Donc, pour un maximum de bonheur, de confort et de réalisme, pourquoi ne pas construire un pad de danse inspiré de l’authentique pad de la borne DDR ?

Attention, sachez que des tapis semblables existent en Asie, mais les frais de ports pour les acheminer ici feraient se retourner un macchabée dans sa chambre cryogénique. De plus, la fabrication d’un pad est une entreprise longue, difficile et décourageante. Au bout du 250e aller-retour au magasin de bricolage le plus proche, on commence à en avoir marre. Comptez également une à deux semaines de boulot en y travaillant plusieurs heures par jour. De plus, une deuxième paire de mains s’avère souvent indispensable, surtout pour les travaux de découpe, de soudure, à la chaine (coins, fils…), ceux nécessitant simplement que quelqu’un tienne le truc (vissages en équilibre, percage…) etc…

Dans cette première partie, nous verrons le matériel nécessaire, puis l’assemblage de la base du tapis.

Que va-t-on réaliser exactement alors ?

Nous allons réaliser un pad de danse DDR en bois, métal et plexiglas. Celui-ci est composé d’abord d’une zone de danse composée de quatre panneaux sensitifs rétroéclairés servant de directions et de cinq panneaux métalliques non sensitifs pour poser les pieds, et ensuite d’un panneau de commandes placé à l’avant du tapis.

fini
Dance Dance !

Alors, on a besoin de quoi ?

Séparons le tapis en zones pour y voir plus clair :

– La base : La base est une plaque de 85*75cm d’agglo ou de contreplaqué, sur laquelle sont vissés des tasseaux de bois. Ces tasseaux sont des planches de bois de 2,2*7,5cm de section, souvent disponibles en planches de 2m de long.

– Le panneau de commandes : il s’agit d’une planche de 10*1*75cm vissée sur deux planches en équerre, celles-ci pouvant être des chutes des planches utilisées pour les tasseaux (l’important est d’avoir une largeur suffisante pour visser dedans, une hauteur suffisante pour faire rentrer les boutons en profondeur, et de faire 75cm de long ^^). Le panneau de commandes à proprement parler est composé de boutons arcade à microswitch décrits dans le chapitre sur

– Les panneaux métalliques : chacun est composé d’une plaque d’agglo de 25*25*2cm sur laquelle est vissée une plaque de métal d’environ 28*28cm.

– les pads : Un pad est composé d’un sandwich de deux plaques de plexi (en réalité, de l’acrylique transparente) entourant une feuille de papier imprimée du motif de la flèche. Sur la plaque inférieure, des plaques de métal sont collées afin de faire contact. Nous verrons le principe exact de fonctionnement des pads dans un prochain chapitre. de plus, les plaques de plexi sont retenues dans le tapis par des coins en métal et en bois. Les dimensions exactes des pad de plexi ici.

– Le reste : Les contacts sont réalisés grâce à des vis, vous aures donc besoin d’un nombre affolant de vis courtes (environ 2cm de long). Les plaques de métal et les coins sont vissés grâce à des vis longues (environ 4cm de long). La plupart du reste tient grâce à des vis courtes. Il vous faudra des longueurs astronomiques de fil afin de tout câbler à l’intérieur de cet énorme pad. Du fil hifi séparable en fil rouge et en fil noir est préférable pour réaliser le câblage individuel de chaque pad, par commodité colorée. Les pads sont maintenus par de la mousse en tube. Il en faut quelques mètres. Certains commercants sympas les donnent parfois.

– Le métal : le métal utilisé pour les plaques, les coins et les contacts provient d’une plaque d’acier d’1*2m et de 0.5mm d’épaisseur. Ce genre de plaque peut être trouvée chez des spécialistes des fournitures métalliques (tôliers, fournitures d’entreprises…) dans les zones industrielles. Fuyez comme la peste les grandes surfaces de bricolage aux tarifs prohibitifs.

Au niveau du matos, sont indispensables une perceuse, une scie sauteuse, un maillet à tête en caoutchouc, un fer à souder, une queue de rat ou une lime à bois, des tourne-vis et des ciseaux à métaux (sorte de pince au look de sécateur et conçue exprès pour découper du métal en feuilles tel que notre plaque). Pour nourrir la perceuse, des mèches de différentes tailles, dont au moins une mèche pour prépercer le pas des vis, une mèche de taille suffisante pour percer un trou surdimensionné et une mèche à métaux de diamètre légèrement inférieur au diamètre de la tête de la vis. Il faudra également une lame cloche pour les boutons. Pour la scie sauteuse, une lame à bois et quelques lames à métaux. Du fil à souder, du décapant soudure. De la patience.

Comment va-t-on procéder ?

D’abord, on va se faire découper le maximum de trucs. Les planches, les plaques… Il y a un rayon découpe dans chaque magasin de bricolage, autant en profiter. D’abord on va réaliser la base, composée de la plaque de fond et des tasseaux vissés dessus. Ensuite, on va s’occuper des plaques de métal et des coins. Après, on va monter les contacts sur la base et les câbler. On va en profiter également pour câbler l’éclairage. Ensuite, on va assembler les plaques de plexi, puis le panneau de commandes.

Première étape : La base

POur l’instant, ca reste relativement basique. Ce schéma suffit à tout résumer :

tasseauxschema

Bon, évidemment la largeur des tasseaux n’est pas à l’échelle, m’enfin bon. Vous remarquerez qu’il existe deux largeurs de tasseaux. Les plus larges sont les tasseaux de 7,5cm de large, les autres sont ces mêmes tasseaux coupés en deux dans le sens de la longueur. Les petites hachures correspondent à des ponts creusés sous les tasseaux à la queue de rat permettant de faire passer les fils. Vous remarquerez que quatre puits carrés ont été formés. Il s’agit de l’emplacement des quatre directions. Faites d’ailleurs attention à mettre les petits tasseaux à l’intérieur des carrés de 25cm de côté, et non pas à l’extérieur. Au passage, vissez bien ces tasseaux sur l’extérieur afin de ne pas gêner la pose des vis pour les contacts.

Voici donc cette base finie :

tasseaux