L’histoire de la Naomi

Facebooktwittergoogle_plus

naomilogo

Le système Sega Naomi est l’un des systèmes d’arcade les plus marquants de ces vingt dernières années, mais aussi l’un des plus complexes à utiliser. Découvrez dans ce dossier tous les secrets de cette belle blanche.

Histoire du système

Retour en 1998. Cette année là, Sega est le plus gros constructeur d’arcade du Japon. Leur système, le Sega Model 3, marche très bien avec plus de 16 jeux sortit cette année là, et pas des moindres: Daytona USA 2, Fighting Vipers 2, Star Wars Trilogy, Spike-Out, Virtual On: Ontario Tangram, Sega Rally 2, etc.. Excusez du peu ! Mais Namco, leur principal concurrent avec qui ils se tirent la bourre sur le secteur des jeux 3D d’arcade depuis 1993, a sortit l’artillerie lourde avec leur surpuissant System 23 qui surclasse techniquement depuis près d’un an le Model 3.
Pour ne pas se laisser distancer, Sega décide donc de lancer le successeur du Sega Model 3: le système Sega NAOMI.

La présentation à l’AM Show du 17 au 20 septembre 1998

jamma98
Le Sega NAOMI est présenté pour la première fois lors du salon d’arcade japonais AM Show en septembre 1998 sur le stand Sega. Acronyme de New Arcade Operation Machine Idea (littéralement « nouvelle idée de machine d’arcade »), Naomi se traduit aussi par « beauté » en japonais.
Sega annonce lors de ce salon que 20 sociétés sont partenaires, dont Capcom (qui abandonne son système CPS-3 pour développer ses prochains titres sur Naomi), Tecmo, Sammy, Video System, mais aussi Treasure, Raizing, Sammy, Cave, Visco et SNK qui ne développeront finalement jamais de jeux sur Naomi.
Quelques jeux sont présentés sur le salon: The House of the Dead II, Dynamite Baseball ’98, Power Stone de Capcom et Blood Bullet: Zombie Zone qui deviendra Zombie Revenge. Capcom annonce aussi que leur premier jeu sur Naomi sera un jeu utilisant la licence Spawn.

Au total ce sont 23 jeux qui dès le départ sont prévus sur Naomi ! Avec 20 sociétés qui ont annoncés leur partenariat dont le géant Capcom, 23 jeux annoncés, la Naomi a tout pour elle et Sega annonce vouloir vendre un demi-million de Sega Naomi à travers le monde et devenir le nouveau standard dans les salles d’arcade, aidé en cela par un prix bien inférieur au Model3 et très accessible pour les exploitants (environ 2000$ la carte-mère).

A noter pour l’anecdote que parmi les 23 jeux annoncés, certains ne sortiront jamais (comme Gun Beat de Treasure, SEGA Buggy de Sega AM4 ou le nouveau Drift Out de Visco. Pour voir la liste complète des jeux annoncés, cliquez ICI).

naomicase

Un succès fulgurant

Le premier jeu à sortir sur Naomi est The House of the Dead 2 le 20 novembre 1998 au Japon, puis en Janvier dans le reste du monde. Suivront une grande quantité de bons jeux en 1999 dont d’énormes hits comme Crazy Taxi, Dead or Alive 2, F355 Challenge, Samba de Amigo ou encore l’excellentissime Virtua Tennis. La Naomi domine totalement le marché de l’arcade, c’est un succès total, avec des jeux de grandes qualités et très diversifiés du jeu de musique comme Samba de Amigo, jeux d’action (Jambo! Safari, Outrigger…), aux énormes bornes dédiées à trois écrans comme F355 Challenge et Airline Pilot. Même Namco, rival depuis des années de Sega, reconnaît la supériorité de la Naomi en annonçant le développement de jeux sur le système (alors qu’ils avaient refusé de les soutenir en 1998).

images621393 images621394images621401 doa2_02
Des jeux Naomi lors de l’AOU 99

L’année 2000 voit fleurir un nombre impressionnant de bons jeux sur Naomi, dont un très grand nombre de jeux édités et/ou développés par Capcom qui est en forme olympique: Marvel Vs Capcom 2, Capcom Vs. SNK, GigaWing 2, Power Stone 2, etc…

Lors de l’AM Show de septembre 2000, Sega présente le lecteur GD-ROM pour Naomi, une extension à la Naomi. Les jeux sortiront désormais au format GD-ROM (un dérivé du CD-Rom) et ceci pour plusieurs raisons: diminuer les coûts de production et augmenter la rentabilité des jeux en ayant un support plus fiable qui resiste beaucoup mieux au temps et aux milliers d’heures de jeu en salle qu’une cartouche composée d’électronique. Le premier jeu à sortir au format GD-Rom est Sports Jam.

flyeraflyerb

naomi2
Sega présente aussi en vidéo lors de cet AM Show 2000 la NAOMI 2, en gros la même chose que la NAOMI première du nom (même coque mais bleue foncé) mais avec plus de puissance. Toutefois la NAOMI 2 reste compatible avec les cartouches et GD-Rom Naomi 1. Les jeux prévus sont tous signés SEGA.De 2001 à 2004, en parallèle avec la Naomi 1, d’excellents jeux sortiront sur Naomi 2 comme les trois Virtua Fighter 4, Virtua Striker 3, Wild Riders, Soul Surfer, les trois premiers Initial D Arcade Stage ou encore l’excellent Beach Spikers.
Mais Sega est tout seul à développer sur Naomi 2, et donc il n’y a eu finalement que relativement peu de jeux, beaucoup moins que la Naomi 1 supportée par un grand nombre de studios et d’éditeurs différents. Elle n’a donc jamais été le successeur de la Naomi 1, mais un système Sega qui a cohabité temporairement, et qui a vu sortir son dernier jeu en 2004 alors que les jeux Naomi 1 continuaient de sortir.

Sega, roi de l’arcade

En 2001 la situation est très paradoxale pour Sega. La société est au plus mal sur le plan des finances à cause de la Dreamcast qui s’effondre et l’annonce de la fin de la production de Dreamcast en mars 2001. Mais dans les salles d’arcade Sega est le roi et son système Naomi est numéro 1, et c’est ce qui sauvera Sega.

D’excellents jeux sortent en 2001 comme le mégahit Virtua Tennis 2, mais aussi Ikaruga, Zero Gunner 2, Capcom Vs SNK 2 ou encore Mobile Suit Gundam : Federation Vs. Jion DX sur Naomi gdrom et Naomi cartouche.
En parallèle d’excellents titres sortent aussi sur Naomi 2, dont Virtua Fighter 4.

Une fin de vie à rallonge

Le système Naomi va ensuite s’essouffler un peu. Des systèmes plus performants sortent comme le System 246, la Naomi n’est plus le top en matière de graphisme et Sega ayant de gros problèmes financiers à cause de l’échec de sa Dreamcast ne prévoit pas pour l’heure de successeur.
Mais grâce à l’énorme parc de Naomi installé dans tout le Japon et dans le monde entier, et avec les prix ayant beaucoup chutés (la Naomi étant maintenant un système très bon marché pour les exploitants et assez vite rentabilisable) beaucoup de studios vont continuer à développer sur Naomi: Alfa System (Shikihami no Shiro II), Succes (Psyvariar 2), G.rev (Border Down, Senko no Ronde..), Ecole (Melty Blood Act Cadenza), etc.. De 2002 à 2006, une moyenne de cinq à dix jeux sortent par an sur Naomi 1 au format GD-Rom alors que le système Naomi 2 n’aura jamais été adopté par les éditeurs tiers.

warashi
Trigger Heat Exelica: un des derniers jeux sur Naomi gdrom
sorti en 2006, par le petit studio Warashi.

La Naomi aura connu un succès titanesque. Tout d’abord supportée par les grands studios de développement pour ses capacités techniques hors du commun, elle est ensuite devenue à partir de 2002 le chouchou des petits studios indépendants grâce à sa grande facilité de programmation et à son faible coût. Plus de 160 jeux utilisant le hardware Naomi sont sortit, ce qui représente un nombre considérable pour un système d’arcade (le record mondial du nombre de jeux sur un hardware arcade), et 8 ans après sa sortie des jeux sortent encore. Le système Sega Naomi est avec le système Neo.Geo MVS et le Capcom CPS-2 un des systèmes d’arcade majeur de ces quinze dernières années.