L’histoire de SNK

Facebooktwittergoogle_plus

goodbye_1024_768

De 1978 à 1989

Ozama Wars
Ozama Wars

C’est en Juillet 1978 dans la ville japonaise d’Osaka que la société SNK, initiale de Shin Nihon Kikaku (littéralement Nouveau Projet Japonais) voit le jour. A cette époque, l’arcade en est a ses balbutiement, Space Invaders de Taito fait un carton et les sociétés qui dominent ce tout nouveau marché s’appellent Atari et Midway.

En Décembre 1979 Ozama Wars, le premier jeu de la firme voit le jour, suivi par Safari Rally. Ces jeux sont bien sur très basique: tout en noir et blanc, un seul bouton et un gameplay d’époque 🙂

Sasuke Vs Commander
Sasuke Vs Commander

Sasuke vs. Commander (1980), leur 3eme jeu, sera le premier jeu SNK en couleurs. Bien que beaucoup moins populaires que certains jeux de sociétés telle que Sega, Midway ou Namco (qui cartonne avec la série Pac Man), les jeux SNK se démarquent un peu de la concurrence par des graphismes plus personnels, plus cartoons.

En Juillet 1981 Vanguard (Century) connait un petit succès en salle et sera le premier jeu SNK developpé sur console: une adaptation du jeu sort en 1982 sur Atari 2600, et en 1983 sur Atari 5200.

TNK3
TNK3

Les jeux deviennent de plus en plus aboutit et de plus en plus beau. SNK enchaîne les bons jeux avec notamment Vanguard II en 1984, Tank (TNK III) en 1985 et Alpha Mission, très bon shoot’em up

Mais c’est en 1986 que la société va enfin connaître une reconnaisse internationale : c’est cette année qu’est fondé SNK of America, la branche nord américaine de la firme. C’est aussi cette année là que 2 gros hits vont voit le jour : Tout d’abord Victory Road, et surtout Ikari Warriors, excellent jeux de guerre/action ou vous incarnez un clone de Rambo qui doit tout détruire. Carton total en salle, et adaptation la même année sur Nintendo Famicom, Commodore, Amiga, Atari ST…

Ikari Warriors
Ikari Warriors

Pour la petite histoire, l’adaptation d’Ikari Warriors sur Famicom/NES est le jeu SNK le plus vendu sur console !

A la fin des années 80, avec de superbes jeux 2D comme Prehistoric Isle in 1930 ou Prisoners of War aux graphismes sublimes, fins et détaillés, SNK se taille une très belle réputation de société à hits

En parallèle entre 1986 et 1989, SNK adapte ses jeux d’arcade a succès sur console, dont beaucoup sur Famicom/NES comme Athena (1987), Alpha Mission (1987), Baseball Stars (1989) ou bien Prisoners of War (1989).

De 1990 à 1996

Slot MVS
Slot MVS

Evènement majeur dans l’histoire de la société en 1990 avec la sortie de leur propre hardware de jeux qui tient en 6 lettres : NEO-GEO.
SNK propose un système modulable pour les salles d’arcade, son nom : MVS (pour Multi Vidéo System). En plus d’être techniquement impressionnant, sa particularité est la possibilité de placer dans une même borne plusieurs jeux différents, allant de 1 à 6. Il suffit ensuite d’appuyer sur un bouton durant la démo pour changer de jeu.

En parallèle SNK sort la version console de son système MVS au hardware exactement identique, la: « Neo Geo Advanced Entertainment System » (ou NeoGeo AES) . A cette époque le marché des consoles est monopolisé par Sega et Nintendo qui se livrent une bataille féroce. En plus de ça, le prix de la console d’SNK et des jeux sont largement au dessus des prix pratiqués par la concurrence, le pari d’SNK est donc assez osé mais la console a plusieurs arguments solides qui jouent en sa faveur : tout d’abord elle est techniquement bien plus puissante que toutes les consoles qui existent, la différence a l’écran sautent aux yeux : les sprites sont gigantesques, les jeux sont magnifiques… Ensuite, sa conception est simple et robuste, les sticks sont aussi solide que précis, et les cartouches sont des mastodontes qui bénéficient d’un packaging à faire passer un boîtier CD pour du papier toilette. On peut vraiment dire qu’elle se démarque assez clairement de la concurrence, la Neo est d’ailleurs assez rapidement appelé a juste titre la Roll Royce des consoles

Mais l’avantage premier de la console NeoGeo, ce qui a principalement contribué au succès est le fait d’obtenir le même jeu chez soi que dans sa salle de jeu préférée. En effet l’hardware du systeme d’arcade MVS et de la NeoGeo AES etant exactement identique, SNK adapte quasiment tout ses nouveaux jeux d’arcade sur sa console de salon. Quel bonheur de retrouver chez soit les même jeux que dans sa salle préférée.

Console NeoGeo
Console NeoGeo

En France et contrairement a l’Angleterre, SNK n’est pas présent et c’est Guillemot qui, a partir de 1991, distribue la NeoGeo. Comme partout, la neo fait rever et vu son prix elle s’adresse a une certaine élite de joueurs fortunés.

Une trentaine de titres aussi excellents les uns que les autres sortent entre 1990 et 1991 et axés a 100% sur le fun : du baseball (Baseball Stars Pro), de la plates formes (Magical Drop, Blue’s Journey), du shoot’em up (Nam 1975, Ghost Pilots, Alpha Mission 2) ou encore du beat’em all.

alpham2006burningf004View3

fatfury1007Fatal Fury (1991) est le premier jeu de baston sur NeoGeo mais le second jeu de baston de la firme apres Street Smart sortit 2 ans plus tôt et dont on retrouve ici quelques éléments, dont une musique. A noter que c’est la toute première apparition de Terry Bogard, perso devenu emblématique d’SNK. Le jeu est un carton au Japon et va vraiment faire décoller les ventes de NeoGeo, un dessin animé tiré du jeu va même voir le jour. Le jeu sera adapté sur Megadrive la même année, mais bien entendu de beaucoup moins bonne qualité

Suivrons l’année suivante Art Of Fighting, Fatal Fury 2 et World Heroes, 3 énormes cartons au Japon et partout dans le monde qui va faire de la NeoGeo la chouchou des amoureux de baston. Qui n’a d’ailleurs pas rêver de ces titres a travers d’articles de la presse de l’époque ?

samsho001En 1993, Samurai Shodown va enfoncer le clou. Un vrai jeu de fou, a l’époque c’est du jamais vu. Au passage, Samsho va reléguer le pauvre Street Fighter 2 de l’ami Capcom au rang de jeu pour enfant. Avec en plus la même année World Heroes 2 et Fatal Fury Special, la messe est dite: la NeoGeo est vraiment en 1993 une console de rêve dont tout les fans de jeux d’arcade revent d’acheter.

Le mécanisme NeoGeo est bien huilé : SNK sort de gros hits en arcade sur son système MVS et les convertit directement pour sa console NeoGeo. En plus d’être tres lucratives, les salles d’arcade tiennent parfaitement leur rôle de vitrine a jeux NeoGeo pour promouvoir la console.

Avec son système MVS, SNK prend une grosse place aux coté des géants de l’arcade. Le concurrent numéro 1 en salle fût Capcom qui livra avec son système CPS1 et 2 une vraie guerre en salle d’arcade dans le domaine des jeux de bastons 2D avec SNK pendant de nombreuses années. Deux clans se formèrent parmi les joueurs d’arcade : les pro-capcom vénérant la série des Street Fighter 2, et les pro-snk qui ne juraient que par Fatal Fury ou Art Of Fighting. Je vous laisse imaginer dans quel camp je me situait 😉

Durant l’été 1994, SNK sort la NeoGeo CD au hardware quasiment identique a la version cartouche mais disposant d’un lecteur de CD. Le problème principal de la NeoGeo est réglé, le prix des jeux est enfin abordable (environ 60 euros) puisque beaucoup moins coûteux à la fabrication. En contrepartie les jeux sont extrêmement longs à charger. Il fallait parfois attendre 2 minutes + dans les jeux de combats des chargements de 20 a 30 secondes entre chaque match, ce qui avait de quoi frustrer. 2 modeles de NeoGeo CD sortiront : le premier modèle « front loading » a tiroir dans lequel on enfourne les jeux, remplacé par un modèle moins cher a l’achat : le « top loading » (ou NeoGeo CD 2). SNK adapte rapidement tout ses hits en version CD, et de 94 a 99 quasiment chaque jeux NeoGeo sortit sur cartouche se verront adaptés en version CD. La NeoGeo CD a même dans sa cdtheque 6 jeux exclusifs qui ne sont jamais sortit en version mvs ou aes dont Ironclad, un shoot’em up de grande classe, Samurai Shodown RPG, le seul rpg d’SNK, Zintrick, un puzzle très sympa, et Crossed Swords 2.

ngcdngcd2

kof94Comment parler de l’histoire d’SNK sans évoquer The King Of Fighters, KOF pour les intimes ? C’est en 1994 que le premier épisode voit le jour. Le principe est simple : vous choisissez une équipe parmi huit au choix composée de trois combattants aux styles différents , chacune représentant un pays. Vous en piochez une et vous enchaînez les sept autres jusqu’au boss final. Des que vous perdez le match le suivant de votre équipe prend le relais et ainsi de suite. Ca s’appelle du Team Battle Mode et ça fait un carton en salle. KOF94 est assez déséquilibré et ne manque pas de défauts, qui seront corrigés dans KOF95 l’année suivante, mais les bases sont là. On retrouve dans ce jeu des persos de de Fatal Fury et Art Of Fighting mais aussi venant de jeux plus anciens comme les Psycho Soldiers, Athena, etc… Plus des persos inédits comme Chang et Choi.

Révolution dans le monde du jeux video avec l’arrivée fin 1994 au Japon puis en Septembre 1995 en Europe de la Sony Playstation et de la Sega Saturn. En 5 mois au Japon la play fut vendu a 1 million d’unité, un vrai raz de marré. C’est la fin de « l’êre 16 bits », et le début du « tout 3D », les jeux 2D étant soudainement passé de mode auprès du grand public.
Bien que d’autres consoles plus puissante que la NeoGeo ai vu le jour comme la 3DO ou la Jaguar en 1993, la Playstation et la Saturn furent vraiment les premieres consoles a succes techniquement bien au dessus de la NeoGeo. Pour pallier un peu ce déficit technique, et surtout pour qu’on parle d’eux, SNK sort fin 95 une 3eme version de sa NeoGeo CD : la NeoGeo CDZ avec un lecteur cd un peu plus rapide mais avec un hardware exactement identique et un prix un peu a la baisse. Il s’est révelé finalement plus tard qu’en matière de jeux 2D, la NeoGeo surclassait ces nouvelles consoles 32 bits.

neogeocdz

Faute de vente suffisante, Guillemot arrête la distribution de produits SNK en France en été 1995, il faut donc s’en remettre a l’import pour les possesseurs français de la bête.

De 1997 a 2001

En 1997 en pleine mode du tout 3D, SNK sort l’Hyper NeoGeo 64, un tout nouveau système d’arcade censé remplacer a court terme le système MVS qui commencent a se faire vieux. Une version console est même évoquée, mais ne verra jamais le jour. Sortir un tel hardware était un pari très risqué pour une société spécialisée depuis près de 20 ans dans les jeux 2D sans aucune expérience dans le domaine de la 3D, et ce fut un échec cuisant. D’une part le système était des sa sortie techniquement bien trop faible et beaucoup trop cher pour les exploitants de salles pour venir concurrencer Sega sur son propre terrain. A cette époque, Sega cartonne avec son impressionnant système Model 3 (Sega Rally 2, Virtua Fighter 3) et SNK fait bien pale figure avec son hyper 64 techniquement a peine au niveau du système Model 2 qui date de 1994…
En 2 ans, seulement 5 jeux ont vu le jour sur hyper NeoGeo 64 : 2 Samurai Shodown en 3D assez moyen, Buriki One un étrange jeu de baston, Fatal Fury Wild Ambition complètement désastreux et un jeu de 4×4 complètement dépassé des sa sortie Road’s Edge. Samurai Shodown 64 et Fatal Fury Wild Ambition furent adaptés sur Playstation.

samuraishodown64_photo1samuraishodown64_photo2roadsedge_photo1

En parallèle, SNK continue de développer des jeux sur NeoGeo MVS et AES.
Chaque année voit l’arrivée d’un nouveau King Of Fighters toujours plus aboutit qui fait un carton en salle d’arcade et sur NeoGeo. Les jeux deviennent de plus en plus impressionnant et stupéfient tout le monde, comme Last Blade en 1997 vraiment magnifique. SNK a son public de fan, des passionnés qui apprécient le design très particulier des titres sur NeoGeo. La console AES a certes baissé a cette époque (on peut en trouver pour 80 euros) mais les jeux sont a leurs sorties toujours aussi chers (environ 350 euros les nouveautés).
Les gros hits comme Real Bout Fatal Fury ne sont plus exclusifs a la NeoGeo puisque SNK les convertit a chaque fois et de fort belle manière sur la Saturn de Sega, mais les plus belles versions restent bien entendu sur NeoGeo.

kof98gymlastblad002rbff2003

En octobre 1998, SNK décide de conquérir le marché de la console portable archi dominé par la Game Boy et lance la NeoGeo Pocket : la console est petite, très jolie avec un choix de 5 couleurs différentes (plus 4 editions spéciales). Avec un écran monochrome offrant une bonne résolution et un microprocesseur cadencé a 6Mhz, les jeux sont magnifiques. SNK sort des adaptations des séries a succès comme King Of Fighters R1 et Metal Slug 1st Mission. Mais Nintendo sort la même année la version couleur de sa Game Boy, la Game Boy Color, et la NGP a bien du mal face a cette concurrente malgré les jeux de très bonnes qualités.

NGPocketcol

En Juin 1999, la version couleur de la petite portable SNK sort enfin: la NeoGeo Pocket couleur, avec pendant plus d’un an des sorties de jeux d’excellentes qualités comme Metal Slug 2nd Mission, ou encore le magnifique et tres attendu SNK Vs Capcom Clash of the Millenieum dont beaucoup reve une version pour la NeoGeo de salon. Des rumeurs courent d’aileurs sur une possible version NeoGeo… Sega développe même un Sonic sur la portable d’SNK.
La NeoGeo Pocket a certes sont public vraiment pas déçu par la qualité des jeux, mais est boudée par le grand public qui lui préfere la Game Boy Color.

garouLa même année sort Garou: Mark Of The Wolves, l’ultime Fatal Fury, le plus beau jeu SNK jamais réalisé. Graphiquement c’est du jamais vu sur NeoGeo, les programmeurs ont dépassés les limites de la bête. Suivront en guise d’adieu l’année suivante KOF2000, le sublime Metal Slug 3 et Sengoku 3, de superbes cadeaux en guise d’adieu aux nombreux fans.

Après l’echec de l’hyper NeoGeo 64 et de la NeoGeo Pocket dans lequel SNK a investit beaucoup d’argent, les comptes sont au plus mal et la societé a beaucoup de difficultés a s’en remettre. En Juin 2000, SNK ferme sa branche nord américaine SNK of America et sa branche Européene, pour concentrer ses activités en Asie ce qui a pour conséquence pour nous pauvres occidentaux de devoir passer par l’import pour se procurer de nouveaux titres NeoGeo Pocket Color. Durant l’été 2000, SNK est racheté par un des géant du pachinko au Japon : ARUZE. Très intéressé tel des vautours par les licences SNK pour leur machine a sous.

Aruze force SNK a la faillite pour racheter a moindre coûts les licences juteuses. SNK sentant le coup, la societé vend en Mars 2001 sa licence King Of Fighters 2001 a BrezzaSoft, une compagne japonaise ou travaille d’ancien développeurs SNK (ils développeront KOF2001), et la licence Metal Slug a Mega Enterprise pour realiser un 4eme opus. Finalement l’alliance Aruze/SNK se termine en jus de boudin et les sociétés se séparent.
2001 sera une année noire, la société tentera d’éviter seule la faillite mais le déficit s’élevant a près de 300 millions d’euros. il est trop tard et l’inévitable se produit. Le 29 Octobre 2001, SNK dépose le bilan et met un dernier message d’adieu et de remerciement a tous leurs fans sur le site internet de la societé

Fin 2001 à nos jours

kof2001n022Fin 2001, une autre société japonaise du nom de Playmore, concurrente d’Aruze, rachète toutes les licences et le droit d’utiliser le nom SNK. Les fans sont ravis, mais assez méfiant, cette societé n’ayant jamais sortit de bons jeux d’arcade dans le passé.
C’est durant les fêtes de fin d’année 2001 que sort le premier jeu sous licence Playmore sur MVS développé par les coréens d’Eolith et la societé Brezza Soft: The King Of Fighters 2001. Le nouveau système de striker étonne, le jeu n’est pas très beau, la musique pas tres réussie, les avis sont tres partagés.

Le jeu sortira quelques mois apres en version cartouche, toujours a un prix tres élevé (environ 350 euros). D’ailleurs, tous les jeux sous licences Playmore sur NeoGeo MVS se verront adapter en version NeoGeo AES apres quelques mois.

En 2002 et 2003, des societés de developpement japonaises et coréenes jusque là inconnus vont sortir des jeux pour NeoGeo (édités par Playmore) tel « Noise Factory », « Evoga » ou « Yuki Enterprise ». Les jeux sont sympas (Rage Of The Dragons, Matrimelee, Samurai Shodown 5…) mais ne marqueront pas le monde du jeux vidéos d’une trace indélébile… Le premier jeu de Playmore (devenu entre temps « SNK Playmore ») en tant que développeur sort a la fin de l’année 2003: le tres attendu SNK Vs Capcom Chaos. Chef d’oeuvre pour certains, grosse déception pour d’autres, les avis sont tres partagés mais le jeu marche tres bien en salle. Une premiere, le jeu sortira d’abord sous forme de carte jamma standart avant de sortir quelques semaines plus tard en version MVS puis sous forme de cartouche NeoGeo AES comme tout les jeux.

kof2k3slug4_02rotd1

Tout comme SNK a l’époque, SNK Playmore édite ses jeux a succes sur les consoles du moment, en l’occurence la Dreamcast puis la Playstation 2 avec des adaptations réussies de KOF2000, KOF2001 et 2002, Metal Slug 3, et bientot Snk Vs Capcom Chaos et Samurai Shodown 5.

A noter aussi les adaptations sur Game Boy Advance de KOF (King of Fighters EX 1 et EX 2) et Metal Slug (Metal Slug Cyber Mission)

Apres 14 ans, le systeme MVS (et donc NeoGeo AES) vit certainement ses dernieres années, SNK Playmore ayant passé un accord avec Sammy pour développer certains de leurs futurs titres sur la carte d’arcade Atomiswave, notamment The King Of Fighters 2004.

Puisse l’histoire d’SNK continuer le plus longtemps possible


WoVou

Ce dossier est en constante évolution. Si vous avez des élements a apporter au dossier, n’hesitez pas a nous les communiquer par MAIL ou sur le forum 😉