Marvel Vs. Capcom 2 : New Age of Heroes

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 2000
Genre : Shoot..heu..Baston ^^;
Développeur : Capcom
Système : Naomi, Dreamcast, Playstation 2, Xbox
Testeur : Simou
Testé le 23 Mai 2004

Quand on arrive devant l’écran de sélection, on ne peut s’empêcher de se sentir perdu, celui-ci atteint le chiffre vertigineux de 56 persos. Oui, oui, 56. Parmi les nouvelles têtes, je citerai en vrac :
– Jill (Bio Hazard ou Resident Evil chez nous)
– Hayato (Plasma Sword)
– Guile (ils ont osé …. Nash ne leur suffisait pas ? )
– Anakharis(Vampire Savior …. admettons)
– B.B Hood (Vampire Savior…admettons encore ….. oh puis non)
– Tron Bonn (Megaman Legend, je crois …. Mais je suis pas sûr ^^’)
– SonSon (sais pas d’ou il vient lui, mais nul doute que c’est un perso inspiré de la fameuse légende chinoise)
– Amin go (fioul, ils vont les chercher loin, leurs persos)
– Tuby Heart (femme pirate venu de je ne sais où)
– Cable (X-Men et Co, j’en sais pas plus)
– Marrow (idem)
– etc, etc…

J’en ai oublié plein évidemment tel que Felicia ou Servbot (Kobun) qui donne au jeu l’impression d’être sponsorisé par Lego, lol ([Mode Pub |on|] achetez Lego Technic, c’est du bon [Mode Pub |off|]), et plein d’autres…

Certains persos sont de bonnes surprises. Je pense surtout à Jill Valentine de Resident Evil qui est sûrement, avis perso, l’un des meilleurs persos du jeu. Presque tous ses coups spéciaux sont des clins d’œil à la série : zombie qui se pointe, herbes vertes, et même Tyran qui s’en mêle 😀

Après, il y’a les classiques et les têtes déjà connues. On retrouve donc sans surprise Ryu (mais sans ses transformation de MvsC1), Cyclop, Ken, Wolverine, et autres joyeux drilles prêt à s’en foutre gaiement sur la gueule. En fait, cette épisode peut-être considéré comme un Dreammatch (mais avec la classe en moins ^^) car vous pouvez être sûr que chaque perso qui soit apparu au moins une fois dans un cross-over ou un Marvel machin-truc made in Capcom sera dans ce volet. Exception pour les boss tel qu’Onslaught ou Cyber-Akuma (qu’on ne le revoit plus lui). En le disant comme ça, ça a l’air intéressant mais c’était sans compter sur la technique de prédilection de Capcom : le recyclage. Capcom ne s’est pas donné la peine de retoucher les persos. Le sprite de certains personnages s’intègre encore sans trop de problème, mais il y’en a d’autre qui font tache. Je pense surtout à Spiral ou à Silver Samourai de X-men : Children Of The Atoms (lui, c’est pire, ils n’ont même pas refait, les effets spéciaux). Et là, ce que je vais dire risque de choquer certains, mais j’ai l’impression d’avoir un mugen de luxe sous les yeux.

Et je finis sur le boss Abyss. On peut dire qu’il est dans la lignée des boss précédents. Il faut le battre 3 fois de suite et une fois au dernier stade, il est tellement gros qu’il ne tient pas dans l’écran, ce qui c’était déjà le cas dans l’épisode précédent…. Et les pixels non plus.

ALLONS CASSER DU SUPER HEROS ! Vol.2

Premier changement de taille : le jeu se joue toujours en tag battle mais par équipe de 3, au lieu de 2. Vous pouvez switcher entre les persos à tout moment ou les appeler en pleine action pour qu’ils vous filent un petit coup de main, comme un striker. Et pour gagner un combat, ça n’a pas changé : il faut battre tout les membres de l’équipe. Les combats se déroulent donc sans interruption, et comme on alternera souvent les persos parce qu’ainsi, ils récupèrent un peu de leur vie, les victoires par time out ne seront pas rares. Notons que 1 seconde de jeu correspond à (grosso-modo) 3 seconde réelles.

Avant le combat, il vous faudra sélectionner vos persos. Et après avoir sélectionné un perso, vous devrez lui affecter une action parmi 3 au choix. C’est ce que ce perso fera si vous l’appelez en tant que striker. Et ces actions varient selon les persos. Parmi les actions possibles, citons en vrac : une petite boulette, un life up, un anti-air, un launcher pour faire valser l’adversaire dans les airs, une charge agressive, etc ….

Autre changement, seul 4 boutons sont affectés pour les coups. Les 2 derniers servent désormais à appeler vos partenaires (on appellera ce bouton Partner 1 ou 2). 2 boutons pour les coups puissants (poing ou pied), et les 2 autres pour les coups légers. Il faut ré-appuyer une deuxième fois sur le bouton léger pour sortir un coup moyen. Ceci a une incidence sur les combos puisqu’il n’est plus possible de commencer par un coup moyen ; par exemple avec Ryu, je reprenais l’adversaire à terre avec un middle kick baissé, ben là faut trouver autre chose. Pour tout ceux qui sont habitué à MvsC1, c’est un peu déroutant, mais après quelques parties, on s’y fait très vite. Et pas de panique ! Les long airs-combos restent possibles.

Notons aussi un mouvement bien utile : avec un quart de tour avant + Partner, et moyennant une barre de puissance, vous lâchez un coups spécial qui dégage l’adversaire et le force à changer de perso en plein combat. Très pratique si un perso particulier est plus ennuyeux qu’un autre et pas adapté contre le votre.

Le gameplay est néanmoins sensiblement le même que celui de MvsC 1. Les coups spéciaux et les combos sont toujours aussi simples, et on reste dans la démesure si caractéristique de la série 🙂

Mais passons aux subtilités offerte par les partner si tant est qu’on peut appeler ça subtilités (oui, oui, je suis de mauvaise foi). Un partner peut être appelé n’importe quand sauf pendant un coup spécial ou un DM, et après usage il devient indisponible pendant un cours laps de temps. Malgré ces « restrictions » qui n’en ont pas l’air, cela n’empêche pas les sauvage repêchage par partner interposé. Exemple très simple : pti combo dans sa face et partner en même temps juste avant de lâcher ma boule et repêchage en l’air et re-partner, et ainsi de suite …. (J’ai pas pris la peine d’être précis, y’a des vidéos et Gamefaqs pour ça ^^’ ).

Eh oui ! Ça nous promet du monde à l’écran, et c’est justement pour ça que maintenant, et plus que jamais, il faut prendre en compte ces #@§$% de partners, parce qu’il n’y plus de contrainte de nombre et ils peuvent être appelés presque à tout moment et autant de fois que l’on désire. Ils peuvent donc très facilement combler un temps mort consécutif à un coup spécial par exemple. Néanmoins, faites attention de ne pas appeler vos partner pendant une furie ou un truc du genre car même ainsi ils peuvent être mis KO.

Evidemment, il aurait été étonnant que Capcom ne nous autorise pas à réaliser une furie A TROIS. Et là, c’est le spectacle son et lumière dans ton salon (ou dans la chambre, ça dépend si vous avez une borne chez vous ^^) capable de rendre épileptique le plus myope des humains normalement constitué. Technique qui consomme 3 barre de pouvoir (sur 5)
Capcom, dans son élan, a dû se dire : « Et si on faisait quelque-chose pour faire monter encore plus le compteur de combos ? »
Et c’est chose faite : en plein milieu d’une DM, vous pouvez switcher de perso pour que celui-ci enchaîne automatiquement sa DM, et vous pouvez « évidemment » le faire une deuxième fois pour en faire profiter aussi le troisième personnage.

Au final, c’est très simple, très maniable, tout s’enchaîne facilement, du coup spécial à la triple attaque,….. Bref, c’est du bon mais c’est grave bourrin.

LE VISUEL

Dans mon élan, je viens de remarquer que j’ai déjà cité l’inégalité de la réalisation des persos. C’est déjà aune chose de faite (je m’étonne moi-même ^^; ). Ceci dit, c’est un jeu Capcom donc … j’ai pas grand chose à ajouter 😀
Bien que les anciens persos aient gardé leur effets spéciaux d’origines, le jeu assure toujours le spectacle.
Citons par exemple les nouveaux effets spéciaux encore plus aveuglants tels que les impacts, les super sauts, certaine furies des nouveaux persos ; le fond lors des DM, etc …
Et surtout n’oublions pas les décors qui ont reçus un gros coup de lifting. Les décors sont tous en 3D bien propres et bien nets, et certains ont leur lot de détails sympa. Le stage sur le bateau de Ruby Heart est plutôt cool : on commence dans une légère brume, et on peut voir des bateaux qui bougent au fond jusqu’à ce que le ciel s’éclaircisse peu à peu. Inversement : le décor de la grotte est assez vide à mon goût :/
A noter que sur la version Dreamcast, l’horloge d’un des décors du jeu indique l’heure réelle.

Mais j’ai tout de même gardé le meilleur : l’ensemble !
Capcom à réussi à faire plus bordélique que dans MvsC1 . Les boules de feu fusent, les rayons rayonnent, les strikers strikent, et encore je n’ai pas cité les furies aveuglantes, les super-sauts qui font sortir de l’écran le souk qui, lui, est resté à terre
Dans l’animation de jeu, y’a rien à redire, y’a pas de temps mort. Ça fight à tout va, et y’a pas un seul ralentissement à l’horizon. Enfin presque puisque j’en ai quand même trouvé deux pendant mes parties, et c’est quand l’adversaire se prenait intégralement tous les combos d’une triple attaque ^^ (88 hits quand même)

Le simple spectateur assistera, lui, à un spectacle de shoot pure et dure comme on en voit peu ^^

LA MUSIQUE

Capcom y a mis du sien. La plupart des musiques sont très convenables, mais d’autres, là franchement, je sais pas quoi penser, surtout parce qu’elles ont des vocales. Bon, il y’en qui sont bien et qui rythme bien les parties, mais d’un autre coté, les parole se limite parfois à 2 phrases. Alors au final, je dirais que le résultat aurait pu être beaucoup mieux, et qu’il aurait mieux fallu oublier les vocales.
Cela dit, je connais quelqu’un qui aime bien comme ça (comme quoi, tous les goût sont dans la nature)

CONCLUSION

Enfin un cross-over qui mérite bien son nom. Il était tout de même temps que ce « Dreammatch » arrive, et mieux, avec une évolution (c’est une autre spécialité de Capcom, garder le meilleur pour après). Eh oui, mine de rien, le jeu est bon et très divertissant.
Mais il ne faut pas vous attendre au jeu de baston ultime.
Donc, je le dis : y’a autant de technique là-dedans que dans une omelette au plat. Il y’a certes un peu de strategie du genre : « Zangief est devant, donc je prend un type qui fait des boules, je dégage Felicia et je met à la place un Ryu (en gros) »
Ce genre de jeu n’est pas comparable à un VRAI jeu de baston, et surtout pas à un Street Fighter ou un KOF (n’essayez pas ou vous allez vous faire insulter ou traiter de sac :p )
En bref : un très bon défouloir avec une réalisation à faire pâlir d’envie un GigaWing ^^;

Ps : pendant ce test, je n’ai pas arrêté de penser à ce fameux article qui disait que Capcom avait inventé le jeu de baston stratégique avec MVSC2 ! 😀

Un mot sur la version Dreamcast

Qui dit Naomi, dit conversion facile même avec les pieds, on a donc une conversion très fidèle. Tous les persos ne seront néanmoins pas disponible immédiatement, il faudra les débloquer en amassant des points, et vous gagnez ces points par des versus (100 pt par match), un training, ou un arcade mode. Le bémol, c’est que finir le jeu pour la énième fois pour gratter encore quelques points, ça peut devenir très lourd.
Notons qu’il est possible de débloquer des persos en insérant simplement le VMU de la DC dans la borne du jeu (ndlr: borne bien sure tres facile à trouver dans nos contrées ^^; ).


Testeur: Simou
Mise en page: WoVou