Aero Fighters 3 / Sonic Wings 3

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 1995
Genre : Shoot’em up
Développeur : Video System
Système : NeoGeo MVS, AES
Testeur : Wovou
Testé le 24 septembre 2006

A peine un an après Aero Fighters 2, Video System sort le troisième opus de la célèbre série Aero Fighters/Sonic Wings.

Le scénario est dans la continuité de la série. Vous avez comme mission de combattre le terrorisme international, ce qui vous ferra survoler plusieurs pays et même de finir dans l’espace pour détruire le grand chef. Bref, un scénario bien faible qui sert de prétexte au voyage dans les différents stages qui nous attendent.

Le deuxième opus avait deux problèmes majeurs qui altéraient le plaisir de jeu : des graphismes bien fades aux couleurs ternes, et une difficulté bien mal dosée avec des premiers stages beaucoup trop faciles et des derniers niveaux bien difficiles. Voyons-voir ci cet Aero Fighters 3 corrige le tir.

Au niveau de la difficulté, Video System a de ce coté là amélioré les choses. Fini les premiers stages bien mous d’Aero Fighters 2, le premier stage d’Aero Fighters 3 commence directement avec une grosse salve à éviter pour enchaîner avec d’autres salves de boulettes sans temps morts. Le challenge commence dès le stage 1 et c’est tant mieux.
La difficulté augmente bien sur de niveaux en niveaux sans jamais devenir vraiment « surhumaine », les tirs venant d’à peu près partout en grand nombre mais à une vitesse qui permet d’anticiper toujours un minimum. Il faut donc bien se placer en apprenant le plus possible les patterns de boules et se déplacer rapidement de gauche à droite et de bas en haut.

Le jeu commence, comme Aero Fighters 2, au Japon dans la ville de Tokyo avant de partir pour de nouveaux cieux. Pour casser la linéarité du jeu, deux chemins s’offrent à nous à la fin du stage 1 d’une manière assez originale : en détruisant soit l’aile droite soit l’aile gauche de l’avion qui apparaît à la toute fin du niveau vous partirez dans une succession de niveaux différents.
Dans la direction 1 on peut donc s’offrir survol du désert dans le stage, un stage aux teintes orangées bien loin des couleurs ternes qu’Aero Fighters 2. Le stage 4 nous fait découvrir Londres et ses monuments, pour partir ensuite vers les cotes Atlantique du Nord de la France. Graphiquement ça va donc mieux avec des décors plus jolis et colorés, même s’ils ne sont toujours pas vraiment beaux et encore assez ternes..
Les stages sont en revanche plus court, de l’ordre d’une petite trentaine de secondes avant d’arriver au boss du stage qui prends beaucoup plus de temps. Des boss très imposants et réussi, du gros tank du stage 1 à l’énorme fusée à plusieurs étages du stage 5, tous sous forme de « poupée russe » qui se détruisent petit à petit.

Le gameplay reste identique avec le bouton A pour tirer, le bouton B pour les bombes. En revanche on change un peu d’univers par rapport aux deux anciens Aero Fighters. Fini les avions futuristes, on a maintenant a disposition des avions de la seconde guerre mondiale.
Nous avons donc 16 avions au total, avec 6 pilotes en provenance d’Aero Fighters 2, et 10 pilotes inédits, plus deux avions cachés issus d’anciens jeux de Video System (Rabio Lepus et Turbo Force). Chaque avion a ses caractéristiques propres, avec pour chacun une puissance de feu, une bombe et une vitesse différente. La vitesse étant à mon sens l’élément le plus important, privilégiez les avions rapides.


Les 12 différents pilotes

Ce choix de mettre des avions de la seconde guerre mondiale s’explique mal. Peut-être Video System a-t-il voulu imiter son concurrent Psikyo qui vient en cette même année 1995 de lancer en salle d’arcade le magnifique shoot Strikers 1945 ? Quoi qu’il en soit, ce mélange avions de la guerre 39-49 et des décors qui ne s’y prêtent pas avec par exemple dans le premier stage la tour de Tokyo (construite après 1950) fait d’Aero Fighters 3 un jeu quelque peu anachronique. Ajoutez à cela des stages très courts qui s’enchaînent sans vraiment de lien logique, des bombes originales mais très étranges (énorme robot, poupées russes géantes…) donne l’impression d’un jeu décousu sans fil conducteur ni véritable direction artistique sérieuse. Aero Fighters 2, quoi que moins beau et moins coloré, était graphiquement plus homogène, plus « réaliste » aussi sans ce coté fourre-tout avec par exemple ces bombes exotiques, ce qui fait que de nombreux joueurs préfèrent le 2 à ce nouvel épisode.

Conclusion

La sortie de Strikers 1945 de Psikyo la même année (développé par d’anciens de Video System a l’origine d’Aero Fighter premier du nom) va faire beaucoup d’ombre à Aero Fighters 3, ce dernier se faisait littéralement enterrer par le jeu de Psikyo.
Loin d’être parfait, Aero Fighters 3 est tout de même un bon shoot’em up très plaisant et avec un gameplay solide qui corrige quelques lacunes d’Aero Fighters 2, en y ajoutant des nouvelles comme un univers graphique décousu qui ne plaiera pas à tout le monde.


Wovou