Art Of Fighting 2

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 1994
Genre : Baston
Développeur : SNK
Système : NeoGeo MVS, AES, CD
Testeur : Offreenday
Testé en 2002

Un an et demi apres le premier épisode, la serie des Art of Fighting reprend du service sur NeoGeo. Cette suite rectifie pas mal de chose qui donnaient un arrière gout de pas fini au Ryuuko No Ken premier du nom. Tout d’abord le nombre de personnages séléctionnables dès le depart en mode story, 14 contre 2 auparavant (seul Ryo et Robert etaient selectionnable en mode story dans Art of Fighting, mais en versus on avait 8 combattants jouables plus 2 boss à débloquer). Quatre nouveaux personnages font desormais partie de la team : Yuri, la soeur de ryo et petite amie de Robert, celle la méme qui etait enlevée au premier épisode et que nous devions sauver des mains de Mister karaté; Eiji un ninja vraiment charismatique (présent dans king of fighters 95), Takuma, le pére de Ryo et boss du premier Art of Fighting (Mr Karaté) et Temjin, un gros lard bien chiant (ndrl:ca n’engage que moi la). Tout est reuni ici pour que cette séquelle soit meilleur que la premiere…


Gameplay

La méme que Art of Fighting 1, mais avec quelques changements niveau timing, le jeu est bien plus rapide (on peut choisir le niveau de vitesse de jeu). On note l’apparition de Fury (avec sa barre d’énergie a fond, mais il faut reussir, comme dans le premier, le stage bonus pour pouvoir l’utiliser), mais aussi de « Desperation Moves », sorte de fury ultime qui ne peu se réaliser que quand votre barre de vie clignote (et bien sur le Ki a fond). Je precise aussi que par rapport à la plupart des jeux de baston, art of fighting utilise « la pression » sur les touches du joy arcade : si vous tappez rapidement,ca sera un coup faible, et si vous appuyer longtemps (enfin plus longtemps que le coup faible, faut pas attendre 15 minutes non plus), vous ferez un coups fort. Je dirai pour finir que la jouabilité demande un temps d’adaptation, car certains coups ne sont pas intuitif dès le depart.

Graphismes

Vraiment fins, les decors sont travaillés, les personnages aussi. La premiére chose qui frappe lorsque l’on voit pour la première fois un art of fighting, c’est la taille des personnages lors des zoom, presque les trois quart de l’ecran .La différence graphique entre art of fighting 1 et art of fighting 2 est énorme sur tout les points. On note aussi une palette de couleurs bien choisie, plus fournie.

Musiques

Il n’y à pas trop à chercher sur le point des effets sonores : trés semblable à ceux qu’utilise généralement SNK. Les voix digits sont, comme à l’acoutumée, excellentes. Pour ce qui est des musiques en elles mêmes, je dirai que c’est un des points faibles du jeu, pas dans la lignée des grand théme SNK, pour vous donner un exemple je les comparerai à de la musique de supermarché…

Conclusion

Art of Fighting 2 est un bon titre de la neogeo, un jeu Roots. Certains problémes peuvent rebuter les joueurs qui veulent s’y essayer : la difficulté énorme en mode Story, une prise en main délicate, pas trés King of Fighters. Mais pour la petite anecdote, sachez que si vous finissez le jeu sans perdre de round dans n’importe quels niveaux de difficulté, vous rencontrerez le VRAI boss du jeu, à savoir Geese Howard, de 20 ans rajeuni (Fatal Fury Series). C’est même apres avoir battu celui ci que vous decouvrirez la scène ou Geeze arrive à SouthTown et projete de tuer Jeff Bogard (le pére adoptif de Terry et Andy).


Offreenday