Blazing Star

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 1998
Genre : Shoot’em up
Développeur : SNK
Système : NeoGeo MVS, AES
Testeur : Simou
Testé le 14 juin 2003

Blazing Star est plus ou moins la suite du du beau Pulstar sorti quelques temps auparavant sur la même machine. Mais plus qu’une suite, Blazing Star justifie son changement de nom par une refonte totale. Vous aimez les vrai shoots ? Ceux qui ne demandent que le fonctionnement d’un demi cerveau ? Avec toute une flopée de petites boulettes a éviter ? Alors ce jeu est pour vous.

Blazing Star est un shoot au scrolling horizontal à la façon bien arcade et très inspiré du mythique R.Type dans son concept.
Au niveau de l’histoire on va faire vite: une guerre fait rag, et Brawshella, une arme surpuissante crée par le RingLeader, menace la galaxie. Plusieurs pilotes se joignent donc pour ne pas laisser faire ça. Ils montent donc dans leurs vaisseaux et partent à l’aventure. Ouai, l’histoire est courte mais elle sert plus de prétexte au blastage effréné qu’à autre chose.
Alors déjà, laissons l’intro se dérouler. Et là, LE CHOC ! Comme un con on pense avoir oublié de débrancher la Saturn, mais non..c’est bel et bien une Neo.Geo qui fait tourner tout ça devant nos yeux ébahis. Et cette musique, huuum, trop bonne. Dès l’intro ça commence très fort !

Alors, hop, on appuie sur start, on matte un peu le didacticiel et on arrive devant le choix du pilotes, six au total.

Chaque vaisseau a ses propres caractéristiques (tirs, puissance, vitesse et portée). D’ailleurs on retrouve le vaisseau et le pilote de Pulstar. Pour ma part, j’aime beaucoup le design des persos.

Gameplay

Les commandes dans ce genre de jeu doivent solliciter 2 neurones tout au plus chez un sujet normal. Petit avertissement, il n’y a pas de super bombes atomique qui nettoie l’écran, mais rassurez-vous, on va se rattraper.
Vous ne pourrez pas changer votre armement mais vous pouvez le faire évoluer en puissance grâce aux bonus si gracieusement offert par vos ennemis que vous aurez préalablement blasté, cela va de soi.
Le bouton A sert au tir normal, il suffit de tapoter pour mitrailler, et si vous appuyez comme un dingue sur le bouton vous passerez en tir secondaire qui peut être un tir plus large, plus puissant ou un tir perforant, cela dépend du vaisseau. Si vous maintenez le bouton, vous vous concentrerez pour sortir un super-shot plus puissant avec 4 niveaux de puissance selon votre niveau d’armement. Si vous appuyez sur B pendant votre super-shot, celui-ci se changera en un autre tir spécial. L’inconvénient c’est qu’il faudra attendre avant de réutiliser votre super-shot.

Le tir normal
Le tir secondaire
Le super shoot
Le super-shoot spécial

Pas de question existentielle ou de réglage à faire, contentez-vous de détruire tout ce qui existe à l’écran. Votre vaisseau est très maniable et peut facilement éviter les tirs.
Si vous êtes de ceux qui tiennent à la course aux points, essayez de récolter les lettres du mots LUCKY disséminées dans chaque monde.

Putain, mais qu’est que ça en jette !!

Ça tourne vraiment sur une Neo.Geo, ça ? Et pourtant, elle sait pas faire de 3D, la neo… Voila le secret: les graphismes ont été travaillés en 3D avant d’être transposé en 2D, et à l’écran, ça donne un résultat tout bonnement ahurissant. Ajoutez à ça les tirs et les vaisseaux et tout ça se transforme sans problème en souk galactique.

Regardez les images et imaginez tout ça en mouvement avec une animation tout simplement sans faille. L’animation, autant celle du vaisseau que celle des ennemis et du reste est très bien travaillé.
Et visez-moi ces boss, c’est qu’ils sont gros et bougent bien ces salopards. Et le plus dingue dans tout ça, la vitesse de jeu, y’a pas un seul ralentissement au tableau. Le jeu est rapide. Je ne parle même pas des effets tel que les explosions et les différent tirs.
Les stages bénéficient du même soin même si on voit que certains plans ont été fait en pure 2D. Le début du second niveau où vous voyez les structures se déplacer en perspective à l’arrière plan est à faire crever d’envie une Playstation.

Fait péter les watts !!!

Les musiques sont toutes superbes, excellentes, j’en passe et des meilleurs. J’ignore si les capacités sonores de la machine sont exploités à fond, mais le résultat aux tympans est tout simplement grandiose. Elles sont toutes excellentes, de l’intro a celle des boss en passant par le choix du vaisseau. Y’a pas à dire, le style musical est bien choisi avec des mélodies toutes aussi sublimes les unes que les autres.
Question bruitage, on est servi. Les tirs de lasers et les explosions ne vous décevront pas.

Et avec ça ?

Il y a 6 niveaux plus un septième entièrement pour un boss final incroyable. Le premier niveau est un peu trop facile, les deux suivants peuvent être fini en un seul crédit en jouant bien. Le quatrième et cinquième niveaux sont ardus mais pas insurmontables, mais le sixième stage est super dur sans parler de son boss. Une difficulté croissante donc, qui commence bien tranquile pour terminer en l’enfer. Il vous faudra du temps et du self control pour terminer le jeu en un crédit, surtout sur la fin ou c’est totalement démentiel.

CONCLUSION

C’est le shoot ultime de la NeoGeo qui associe une réalisation a tomber par terre à un gameplay inspiré de R.Type mais sopoudré d’un zeste de manic pour l’avalanche de balles. Ce jeu fait partie des incontournables à posséder absolument pour tout les accros du genre. Vous ne pouvez pas passer à côté si vous aimez les shoot’em up.

LA GALERIE D’IMAGES


Testeur: Simou
Mise en page: WoVou

Les commentaires sont fermés.