Real Bout Fatal Fury 2

Facebooktwittergoogle_plus

Année de sortie : 1996
Genre : Baston
Développeur : SNK
Système : NeoGeo MVS, AES, CD
Testeur : Simou

Voilà enfin Real Bout Fatal Fury 2 : The newcomers, le troisième « Real Bout » venu après Real Bout et Real Bout Special, donc le troisième Real Bout, et le 7eme Fatal Fury. Après l’étonnant RB spéccial SNK va t’il encore une fois réussir à nous surprendre ? (et encore, et encore, et encore…). Ça, on va le savoir tout de suite.

D’abord je précise un point scénaristiques pour éviter les fausses histoires. Comme dans Real Bout Spécial et KOF 98 il n’y a absolument aucune histoire dans Real Bout 2. Donc ne cherchez pas à comprendre, Geese disparaît bel et bien dans Real Bout 1 et Krauser n’est plus, point.
Pour commencer, nous avons deux intros avec chacune leur star en entrée. Elles sont fort bien réalisées. En exagérant à peine, ce n’est plus du tout une succession d’images fixes mais un vrai dessin animé, mais il est dommage qu’elles soient si courtes. Mais elles pompent beaucoup de place mémoire, il suffit de voir les loadings sur la version CD pour s’en persuader.

Voyons la grille de sélections maintenant :

Nous avons 22 persos dont 2 nouveaux :
Li Xiangfei, pratiquante d’Aïkido et serveuse dans un restaurant.
Rick Strowd le boxeur, qui ne se sert que de ses poings, il possède des enchaînements dévastateurs. On dirait un indien (j’aurais tant aimé le voir dans un autre jeu que celui-là).

Les nouveaux sont très agréables à jouer et ne manquent pas de ressources. De bons persos comme SNK sait les faire.
Les boss Geese et Krauser sont maintenant directement sélectionnables et il y a en plus un boss caché, Alfred l’aviateur, mais ce dernier est impossible sélectionner malheureusement.
Les persos ont tous plus ou moins évolués mais gardent les mêmes sprites que dans Real Bout Spécial . Il y a certains persos comme Geese que je trouve diminués par rapport à leurs versions précédentes (je pense surtout à la version Fatal Fury 3 et Real Bout 1), mais on va mettre ça sur le coup de l’évolution du jeu et il reste malgré tout un bon perso.

LE GAMEPLAY

Seulement 3 boutons pour donner des coups, le D sert à se déplacer vers le plan du fond.
Les combats ne se déroulent plus que sur un seul plan. L’arrière-plan sert surtout à éviter les coups et à contourner les attaques.
Les combos ont été remaniés. Certains sont enlevés, certains sont raccourcis et d’autres ont été rajoutés (ceux de Joe et de Rick sont excellents). Les combos se font pour la plupart par simple enchaînement de boutons. L’exemple type est A B C, mais il y’en a beaucoup d’autres tel que diagonale+A, avant+C, etc. Vous pouvez bien sûr finir aussi avec un coup spécial, ou mieux avec un DM (furie). Les DM et SDM (super-furies) ne posent aucun problème à sortir et leurs manips ont été harmonisées sauf quelques exceptions. Bien sûr il vaut mieux avoir un pur joystick arcade genre Neogeo pour mieux les sortir, les DM se terminant généralement par un pression sur B+C, c’est chaud à appuyer sur un manette.
C’est un gameplay très agréable à jouer et pas trop compliqué à prendre à main dans l’ensemble. Enchaîner les combos et les coups spéciaux devient un régal tellement ils semblent faciles.
Par contre, certaines manipulations sortent du lot et d’autres sont assez compliqué à lâcher (comme la projection spéciale de Yamazaki ou les blocages de Xiangfei).
Par ailleurs, la présence d’un seul plan pour les esquives au lieu de deux enlève beaucoup de subtilité au jeu. Il arrive même que, suivant le stage, le second plan disparaisse tout bonnement et on se retrouve avec un combat sans possibilité d’esquive sur les cotés ce qui avantage grandement les persos à grande allonge tel que Billy et Yamazaki. Heureusement, en mode Versus, nous avons le choix du nombre de plans.
Certains risqueront de dire que c’est un peu bourrin comme ça).

LE VISUEL

Y’a pas à dire, c’est beau, le style graphique est agréable à regarder avec son look qui est plus proche d’un dessin animé que d’un jeu de baston classique.
L’animation est aussi bien foutue que le graphisme, c’est à dire très bonne et rapide.
Certains sprites peuvent êtres énormes et les effets spéciaux sont très impressionnants (essayez Sokaku pour voir). Très bonne réalisation en somme. Malgré tout, je trouve que certains persos ont un look un peu trop … « bodybuildé » comme Terry ou Franco.
Parlons des artworks du jeu. Je les trouve moyens. Et ceux des écrans de versus sont carrément moches et ne me plaisent pas du tout. Question de goût dira-t-on). En tout cas, j’aime bien l’annonce du combat avec l’explosion au fond, ca fait très american-style
Les stages n’ont pas grand-chose d’extraordinaire, bien dessinés et diversifiés mais pas extraordinaire qui n’ont pas le « plus » du Fatal Fury 3 ou des anciens Real Bout, comme le décor qui change ou un mur qui disparaît si on cogne trop dessus. Quelquefois, certains stages sont présent plusieurs fois mais à des moments différents de la journée ou dans des conditions météorologiques différentes.

LE SON

Les thèmes sont très bons, avec beaucoup de musiques déjà connues comme celle de Terry, Yamazaki ou Billy. Mais c’est presque toutes des musiques d’ancien épisode. C’est pas bien ça, Mr SNK. Enfin bon, ce n’est pas trop grave (quoique) parce qu’elles sont très bonnes malgré tout. Mais j’aurais quand même aimé de nouveaux sons. Les nouvelles musiques de Rick et Alfred sont très réussis.
Quant à la version CD elle fait toujours des merveilles.coup de coeur pour le thème de Billy, du Hard Rock bien sauvage, et le thème de Rick.
Inutile de parler des voix et bruitages qui sont très bon et ne souffrent d’aucune faiblesse.

LE RESTE

Qui dit jeu de baston dit aussi très bonne durée de vie surtout à deux joueurs. Vous ne pouvez vous faire qu’un seul boss par partie en single et vous tomberez soit sur Geese, soit sur Krauser. Et bonne chance si vous comptez arriver jusqu’à Alfred, le boss caché, parce que ce n’est pas facile du tout (un indice : vous n’avez pas droit à une seule défaite).
Un (très) gros reproche : il n’y a pas de provocation au début de chaque combat, et les persos n’ont qu’une seule pose de victoire. Si vous voulez voir la deuxième pose, il faut gagner par le temps. Ça me donne un gros sentiment de manque. Et quelque chose que je regrette un peu moins, il n’y a plus cette légère interactivité avec le décor dans les combats sur 2 plans. Je sais, ça sert à rien, mais bon ça m’étonne de SNK qui mettait souvent des détails insignifiant mais qui égayait le combat.
Les fins des persos sont un peu moins pourrîtes que dans RBspé (je ne parle que des fins des persos, pas de l’ending avec les crédits, les noms et tout), mais ça se limite quand même à une suite de 4 ou 5 illustrations (très rigolotes pour certaines).
Mais attention : GROS point noir. Le mode versus (2 joueurs) n’est toujours pas optimisé sur la version domestique, comprenez que vous ne pourrez pas changer de perso si vous gagnez. Là c’est franchement décevant pour un jeu de cette année 🙁 . Or c’est justement en versus qu’un jeu de baston prend toute sa valeur. La version CD par contre à un vrai mode 2 joueurs, et les loadings sont un peu moins chiants que dans KOF. En plus, il y a un Survival mode où vous pouvez récupérer des bonus de vie et de temps en fonction des hits infligés à l’adversaire, et qui ressemble beaucoup (si ce n’est carrément) au Survival de MOTW

CONCLUSION

Un très bon Fatal Fury en somme comme SNK à l’habitude de faire. Pourtant j’ai eu comme une impression de manque sûrement dû à l’absence de petits détails insignifiants (les provocs par exemple) et au fait qu’il ressemblait beaucoup à Real Bout Spécial. La première fois, je suis resté un tout petit peu sur ma faim, mais passé les premières parties on oublie vite cette impression et on ne fait plus attention qu’au jeu. En avais-je trop demandé ?
Si vous avez déjà RB Special, je vous conseille de l’essayez avant pour vous faire une idée. Si vous n’avez pas RB Special ou que vous aimez cette série, alors vous pouvez foncer sans crainte, le jeu ne vous décevra pas.
Quant à ceux qui ont bien connu Real Bout Special, ils risquent de ne pas échapper au sentiment de « manque » (incomplet ? pas assez de nouveautés ?). Finalement Real Bout 2 sent un peu le réchauffé, mais il garde un très bon goût.

GALERIE


Neoman

Les commentaires sont fermés.